Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Stratégies de gestion individuelle de la salinité dans le périmètre irrigué du Bas Chélif. Cas du sous perimetre de Ouarizane

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach (2007)

Stratégies de gestion individuelle de la salinité dans le périmètre irrigué du Bas Chélif. Cas du sous perimetre de Ouarizane

HASSANI, Farida

Titre : Stratégies de gestion individuelle de la salinité dans le périmètre irrigué du Bas Chélif. Cas du sous perimetre de Ouarizane

Auteur : HASSANI, Farida

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Magister en Hydraulique Agricole 2007

Résumé
L’agriculture du Bas Cheliff (40 000 ha) est fortement marquée par le contexte géomorphologique et hydro-salin. La genèse de la salinité remonte bien avant la création du périmètre et sa gestion par les agriculteurs. Dans la présente thèse, cette zone a été étudiée à l’échelle de l’exploitation agricole dans une zone d’étude de 4000 ha appelée désignée par le périmètre irrigué de Ouarizane. Une description des états de salinité des sols permet d’évaluer les niveaux actuels (2006-2007) et de les situer dans un contexte historique. Les conclusions montrent qu’une salinité des sols en surface répartie suivant un gradient amont- aval dans la zone d’étude, une diminution de cette salinité depuis une dizaine d’années suite aux opérations de réhabilitation des réseaux d’irrigation et de drainage aidée en cela par l’eau de surface en provenance du barrage Gargar et de Merjet Sidi Abed est de bonne qualité. Les enquêtes sur une quarantaine d’exploitations agricoles ont abouti à la définition de cinq classes d’exploitations généralement orientées soit vers l’arboriculture et le maraîchage. (Cultures spéculatives). Toutefois, les agriculteurs adaptent la plante (culture) en fonction du gradient de salinité : agrumiculture, oliviers, grenadiers et autres cultures dites sensibles en amont et artichauts et cucurbitacées en aval. Un ensemble de pratiques ainsi détallées par classe, conduisent à identifier quelques stratégies individuelles de gestion de la salinité telles que la sélection des terres non salées pour les locataires, rotation céréales - artichaut – melon pour les maraîchers, introduction de variétés d’artichaut importées, etc. … La démarche qui consiste à confronter les enquêtes aux mesures réalisées par les ingénieurs a permis de conclure à une bonne perception de la salinité chez les agriculteurs de Ouarizane, notamment pour ceux situés à l’aval plus directement confrontés aux effets des sels. L’accumulation d’autres données et résultats sur l‘ensemble de la vallée du Bas Cheliff pourrait conforter nos résultats

Mots clés : Gestion ; salinité ; Exploitation agricole ; Perception ; Pratique agricole ; périmètre irrigué du Bas Chélif

Présentation (ENSA)

Version intégrale (0,80 Mb)

Page publiée le 3 avril 2017