Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Contribution à l’étude de l’exploitation à double fin de l’orge Hordeum vulgare L.en zones semi-arides d’altitude

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach (2007)

Contribution à l’étude de l’exploitation à double fin de l’orge Hordeum vulgare L.en zones semi-arides d’altitude

MOSSAB, Mohamed

Titre : Contribution à l’étude de l’exploitation à double fin de l’orge Hordeum vulgare L.en zones semi-arides d’altitude

Auteur : MOSSAB, Mohamed

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Magister en Production Végétale 2007

Résumé
Dix génotypes d’orges (Hordeum vulgare L.) sélectionnés pour leurs aptitudes à produire en zone semi arides, ont été évalués, durant trois années, sans et avec une fauche au stade « épi à 1 cm » (simulation de pâturage). La matière sèche produite au stade de coupe (140.2 g/m² en moyenne pour les trois campagnes) a varié significativement entres les variétés, les génotypes tardifs accusent la plus grande réduction (40% en moyenne, de matière sèche produite au stade épi à 1cm), entre une bonne et une mauvaise année climatiques. L’effet du stress hydrique combiné au stress thermique a provoqué un raccourcissement du cycle des variétés compté en jours calendaires. La simulation de pâturage a réduit l’ensemble des variables mesurées. La réduction varie de -7.6% pour le poids de 1000 grains à -39% pour la biomasse aérienne mesurée au stade épiaison. Cependant une augmentation de la fertilité des épis et de l’indice de récolte a été observée ; les génotypes Tina et Bégoha donnent les meilleurs rendements après fauche et sans fauche, par campagne et en moyenne pour les trois campagnes. Par ailleurs, la capacité de produire une bonne quantité de matière sèche au stade épi à 1cm est intimement liée à la précocité à ce stade de fauche. Les génotypes Bégoha et Barberousse paraissent aptes à produire du grain, Soufara et Tichedrett à produire du fourrage, tandis que les variétés Plaisant et Acsad176 sont versatiles selon les années ; par contre Tina, Saida, Rihane et Rahma montrent une bonne aptitude à la double exploitation. Ces dernières peuvent constituer un matériel de base à exploiter pour sélectionner des génotypes à la double exploitation.

Mots clés : Orge ; composante du rendement ; ressources et productions fourragères ; exploitation à double fin ; zones semi-arides ; cultivars ; amélioration

Présentation (ENSA)

Version intégrale (0,57 Mb)

Page publiée le 6 mars 2017