Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2007 → Diversité génétique interspécifique chez les graminées fourragères pérennes . Etude de cas dans différentes populations sélectionnées de Festulolium

Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach (2007)

Diversité génétique interspécifique chez les graminées fourragères pérennes . Etude de cas dans différentes populations sélectionnées de Festulolium

YEKKOUR, Amine

Titre : Diversité génétique interspécifique chez les graminées fourragères pérennes . Etude de cas dans différentes populations sélectionnées de Festulolium

Auteur : YEKKOUR, Amine

Etablissement de soutenance : Ecole Nationale Supérieure Agronomique (ENSA) El Harrach

Grade : Magister en Sciences Agronomiques 2007

Résumé
L’étude de la variabilité chez les Festulolim est un moyen de modéliser l’évolution chez les graminées en utilisant la variabilité interspécifique. L’hybridation entre fétuques et ray-grass permet d’envisager de nouveaux progrès génétiques chez les graminées fourragères en combinant pérennité et valeur alimentaire des deux espèces. Les marqueurs SSR permettent d’envisager de nouvelles possibilités d’investigation chez des espèces à structure génétique complexe comme les Festulolium. L’une des applications les plus prometteuses du marquage moléculaire dans le complexe Festuca-Lolium est la détection de gènes de fétuque liés à la pérennité et à la résistance à la sécheresse que l’on pourrait introgresser par simple back-cross dans le ray-grass. 29 marqueurs ont été sélectionnés après recensement. Lors du génotypages nous nous sommes heurtés à de grosses difficultés de lecture des gels. Ces artefacts nous ont forcé à n’exploiter que les informations délivrées par un pool restreint de marqueur qui sont : OSRB, B4D7, B1C8, et B1B6. B1B6 présente la particularité de reconnaître spécifiquement des séquences fétuque ou ray-grass. La sélection subie par les populations étudiées a été très intense et cela dès les premiers polycross. La comparaison des populations sur la base des fréquences allèliques au marqueur B1B6 et sur la base des phénotypes obtenus pour l’ensemble des marqueurs se rejoignent : Les populations d’hybrides évoluent peu, alors que les populations BC1 semblent s’éloigner progressivement au fur et à mesure de leur avancée en génération. La relative stabilité des hybrides correspondrait à une structure génomique se rapprochant de l’amphiploïdie stricte, alors que la l’évolution plus prononcée chez les populations BC1 correspondrait à une structure allotétraploïde ou partiellement autopolyploide. L’étude de diversité intra-population a révélé une grande homogénéité à l’intérieur de chaque population

Mots clés : Hybridation interspécifique, Festulolium, Cartographie génétique, Marqueur moléculaire, Graminées pérennes, SSR, Festuca glaucescens, Loluim multiflorum.

Présentation (ENSA)

Version intégrale (0,72 Mb)

Page publiée le 27 mars 2017