Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Niger → Contribution à la capitalisation des bonnes pratiques agroforestières pour l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre au Niger

Centre Régional AGRHYMET (2012)

Contribution à la capitalisation des bonnes pratiques agroforestières pour l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre au Niger

ADAMOU SALISSOU

Titre : Contribution à la capitalisation des bonnes pratiques agroforestières pour l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation des émissions de gaz à effet de serre au Niger

Auteur : ADAMOU SALISSOU

Etablissement de soutenance : Centre Régional AGRHYMET

Grade : Mastère en Changement Climatique et Développement Durable 2012

Résumé
Le Niger est durement touché par le changement climatique vu sa grande dépendance vis à vis des secteurs sensibles au climat tel que l’agriculture et l’élevage. La gestion rationnelle de la biodiversité doit être une préoccupation majeure. C’est ainsi que plusieurs pratiques dont les pratiques agroforestières ont été développées pour lutter contre la vulnérabilité aux changements climatiques. L’objectif général de cette étude est de contribuer à la capitalisation des expériences et des bonnes pratiques en agroforesterie pour l’adaptation aux changements climatiques et l’atténuation des émissions des gaz à effet de serre (GES). Pour atteindre cet objectif général, les objectifs spécifiques visés sont de recueillir la perception paysanne de la variabilité climatique, identifier les bonnes pratiques agroforestières et analyser leur contribution dans l’adaptation et l’atténuation des effets du changement climatique afin de proposer un mécanisme de diffusion et de valorisation de ces pratiques agroforestières. La méthodologie utilisée est essentiellement basée sur les enquêtes auprès des paysans, des services techniques et des personnes ressources du domaine de l’agroforesterie. Selon les populations enquêtées, ces dernières années sont marquées par des températures très élevées, une baisse de rendement agricole, un environnement fragilisé. Sept (7) bonnes pratiques agroforestières concernées ont été inventoriées dans la zone d’étude : la RNA, la haie vive à Moringa oleifera, la haie vive à Lawsonia inermis, la culture intercalaire à Acacias australiens, la haie vive à Acacia senegal, apisylviculture et l’arboriculture fruitière associée aux cultures maraichères. Ces pratiques présentent une valeur socio-économique considérable au Niger, elles renforcent les capacités d’adaptation des producteurs aux crises écologiques, économiques et de faire face à l’insécurité alimentaire. Elles contribuer de toute évidence à l’atténuation des émissions de GES. Cependant le coût d’investissement, les aléas climatiques, et le manque des politiques incitatives limitent l’avenir de ces pratique

Mots clés : agroforesterie, adaptation, atténuation, changement climatique

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 26 février 2017