Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2016 → Etude sur les processus d’introduction de la culture de tournesol au Maroc : étude sur les producteurs

Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL) 2016

Etude sur les processus d’introduction de la culture de tournesol au Maroc : étude sur les producteurs

CARTON, Alice

Titre : Etude sur les processus d’introduction de la culture de tournesol au Maroc : étude sur les producteurs

Auteur : CARTON, Alice

Etablissement de soutenance : Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL)

Grade : Ingénieur ISTOM 2016

Résumé
La relance des oléagineux dans le cadre du Plan Maroc Vert fait face à quelques difficultés liées aux limites de ce dernier. L’augmentation des surfaces intervient alors que les associations de producteurs ne sont pas fonctionnelles. L’absence de relais chez les agriculteurs combinée à une multiplication des producteurs d’oléagineux (principalement de tournesol) fait peser un risque sur la durabilité de la filière. Cette étude des producteurs a pour ambition d’expliciter les mécanismes agricoles à l’œuvre dans la réintroduction du tournesol afin d’identifier les relais exploitables par la filière. L’utilisation d’une méthode compréhensive avec des enquêtes a permis de montrer qu’il existe différents types d’agriculteurs dont la production agricole n’a pas toujours la même finalité. Ces différents comportements sont expliqués par un ensemble de facteurs. Ce sont ces derniers qu’il faut mettre en place pour introduire une nouvelle culture dans l’exploitation et qui impliquent un certain nombre d’arrangements associés. L’étude de 3 zones de productions aux caractéristiques différentes, a permis de montrer, qu’il existe au cœur de la diffusion de l’information des agriculteurs entrepreneurs agrégeant autour d’eux un certain nombre d’agriculteurs. Ces informations combinées au refus de s’associer ont mis en évidence l’importance de la confiance dans les relations et les contrats fait par les agriculteurs. Si ces relais sont puissants, ils ne peuvent pas assurer l’ensemble du travail de pédagogie et d’accompagnent nécessaires aux agriculteurs ayant un risque plus important en cas d’échec de la culture. L’étude a permis de conclure à la nécessité de mettre en place un modèle de conseil afin de permettre le développement durable de la culture. Ce modèle devrait pouvoir assurer un lien permanent avec l’aval de la filière (les industriels) et d’établir l’indispensable lien de confiance entre tous les interlocuteurs de l’amont agricole

Mots clés : KENITRA / MAROC / OLEAGINEUX / STRUCTURE AGRAIRE / TOURNESOL

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 27 avril 2017, mise à jour le 29 septembre 2019