Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2013 → Quelles sont les potentialités de l’Agriculture de Conservation dans la région de l’Est du Burkina Faso ? : Sur la base d’une évaluation des performances agronomique et économique du Semis direct sous Couvert Végétal permanent (SCV) conduit dans le cadre d’une expérimentation paysanne

Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL) 2013

Quelles sont les potentialités de l’Agriculture de Conservation dans la région de l’Est du Burkina Faso ? : Sur la base d’une évaluation des performances agronomique et économique du Semis direct sous Couvert Végétal permanent (SCV) conduit dans le cadre d’une expérimentation paysanne

GRILLO, Mathilde

Titre : Quelles sont les potentialités de l’Agriculture de Conservation dans la région de l’Est du Burkina Faso ? : Sur la base d’une évaluation des performances agronomique et économique du Semis direct sous Couvert Végétal permanent (SCV) conduit dans le cadre d’une expérimentation paysanne

Auteur : GRILLO, Mathilde

Etablissement de soutenance : Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL)

Grade : Ingénieur ISTOM 2013

Résumé
En 2005, la SOCOMA a entrepris, dans la région de l’Est du Burkina, la diffusion et l’expérimentation du Semis direct sous Couvert Végétal permanent (SCV) ; ceci pour freiner la baisse de fertilité des sols inhérente à l’augmentation des surfaces cultivées, la pression démographique et la mécanisation de l’agriculture. Les résultats de l’étude réalisée au sein de 4 terroirs différents font apparaître une intégration partielle des SCV au sein même de l’unité agronomique choisie pour l’essai. De nombreuses contraintes au niveau des itinéraires techniques ont limité l’impact attendu du SCV (sur les rendements et les temps de travaux), qui ne s’est pas avéré plus performant que les systèmes conventionnels tels que le labour et le semis direct. Ces résultats ne justifient pas une diffusion des SCV tels qu’ils sont proposés ; par contre, d’autres éléments comme l’appropriation de certains principes du SCV par quelques producteurs amènent à poursuivre les efforts allant dans le sens de l’Agriculture de Conservation. En effet, même si la faisabilité technique des SCV proprement dit est remise en question, celle du semis direct sur résidus de culture semble plus compatible avec les contraintes de production et de gestion de biomasse (conditions pluviométriques, vaine pâture) auxquelles sont confrontées les agriculteurs de la région

Mots clés : AGRICULTURE / BURKINA FASO / COTON / SEMIS DIRECT / SORGHO / VEGETATION

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 14 avril 2017, mise à jour le 29 septembre 2019