Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Intérêts et limites d’une assurance couvrant les investissements des producteurs dans la culture du maïs contre le risque de sécheresse au Sahel : le cas de l’Assurance Récolte Sahel au Burkina Faso

Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL) 2012

Intérêts et limites d’une assurance couvrant les investissements des producteurs dans la culture du maïs contre le risque de sécheresse au Sahel : le cas de l’Assurance Récolte Sahel au Burkina Faso

NEYRA, Gabriel

Titre : Intérêts et limites d’une assurance couvrant les investissements des producteurs dans la culture du maïs contre le risque de sécheresse au Sahel : le cas de l’Assurance Récolte Sahel au Burkina Faso

Auteur : NEYRA, Gabriel

Etablissement de soutenance : Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL)

Grade : Ingénieur ISTOM 2012

Résumé
Face aux pertes de récolte provoquées par les sécheresses récurrentes au Sahel, Planet Guarantee a testé en 2011 au Mali et au Burkina Faso l’Assurance Récolte Sahel (ARS) qui couvre contre la sécheresse les investissements sur la culture du maïs. La présente étude, menée à Dandé à 60 km de Bobo Dioulasso, confirme que l’ARS apparaît comme une bonne opportunité pour réduire la vulnérabilité des agriculteurs. Cependant des entretiens auprès de 20 assurés et 19 non assurés, présentant des facteurs de production comparables, montre que l’ARS n’atteint pas les personnes les plus vulnérables : les non-assurés sont nettement moins instruits et plus dépendants de l’agriculture que les assurés. Par ailleurs l’ARS est efficace pour régler le problème de l’investissement mais n’assure pas la sécurité alimentaire des ménages. Cette étude confirme la pertinence de sécuriser les investissements agricoles afin de renforcer la pérennité économique des exploitations confrontées à des risques multiples et pour lesquelles les stratégies de protection disponibles ne permettent pas toujours de répondre efficacement aux chocs. D’autres actions devraient donc être développées pour renforcer la protection des agriculteurs, en complément de l’ARS et des autres stratégies déjà existantes

Mots clés : AGRICULTURE / ASSURANCE / BURKINA FASO / GESTION DES RISQUES / INVESTISSEMENT / MAIS / MICROFINANCE / PRODUCTEUR / RECOLTE / SAHEL. / SECHERESSE

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 11 mars 2017, mise à jour le 29 septembre 2019