Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2010 → Sur la base d’une évaluation de l’adoption des Systèmes sous Couvert Végétal au sein des systèmes de production du Nord-Cameroun : quelles sont les potentialités des Systèmes sous Couvert Végétal au Nord-Cameroun ?

Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL) 2010

Sur la base d’une évaluation de l’adoption des Systèmes sous Couvert Végétal au sein des systèmes de production du Nord-Cameroun : quelles sont les potentialités des Systèmes sous Couvert Végétal au Nord-Cameroun ?

RETIF, Marine

Titre : Sur la base d’une évaluation de l’adoption des Systèmes sous Couvert Végétal au sein des systèmes de production du Nord-Cameroun : quelles sont les potentialités des Systèmes sous Couvert Végétal au Nord-Cameroun ?

Auteur : RETIF, Marine

Etablissement de soutenance : Institut Polytechnique Saint Louis (IPSL)

Grade : Ingénieur ISTOM 2010

Résumé
Au Nord-Cameroun, le projet PCS-ESA 2 intégré à la SODECOTON tente depuis 2006 de lever la contrainte de baisse de fertilité, au travers de la diffusion des Systèmes Sous Couvert Végétal (SCV). Le projet de recherche « PAMPA » propose de mener aujourd’hui une évaluation de l’adoption des SCV au sein des systèmes de production du Nord-Cameroun. C’est dans ce cadre que l’étude s’interroge sur les potentialités des SCV au Nord-Cameroun. L’analyse des résultats du suivi du projet et des enquêtes à Laindé Massa et Tapi, deux villages de la Province Nord illustrent une adoption en deçà des attentes. Bien que le contexte soit favorable à l’adoption de ce système, « accès privilégié aux intrants et pratique de semis direct avec utilisation d’herbicides », des contraintes notamment au niveau des itinéraires techniques (pas d’amélioration des marges brutes et des temps de travaux) ne favorisent pas un développement soutenu des SCV. Néanmoins, d’autres éléments comme une modification des pratiques du brûlis par certains paysans ainsi qu’une valorisation du Brachiaria comme culture fourragère et/ou de rente illustrent la capacité des SCV à répondre aux enjeux locaux et à s’insérer dans les systèmes de production. Ainsi, l’introduction des SCV passerait par une meilleure intégration agriculture-élevage et/ou la vente de Brachiaria. Au final, l’intérêt croissant des paysans vis à vis des cultures fourragères pourrait permettre le développement des SCV au Nord-Cameroun et répondre alors aux contraintes de baisse de fertilité dans un futur immédiat

Mots clés : AGRICULTURE / AGROECOLOGIE / CAMEROUN / EVALUATION / PLANTE FOURRAGERE / SEMIS SOUS COUVERT VEGETAL

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 15 mai 2017, mise à jour le 4 octobre 2019