Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2016 → Exploration du système racinaire du mil et ses conséquences pour la tolérance à la sécheresse

Université de Montpellier (2016)

Exploration du système racinaire du mil et ses conséquences pour la tolérance à la sécheresse

Passot Sixtine

Titre : Exploration du système racinaire du mil et ses conséquences pour la tolérance à la sécheresse

Exploring pearl millet root system and its outcome for drought tolerance

Auteur : Passot Sixtine

Université de soutenance : Université de Montpellier

Grade : Doctorat : Biologie, interactions, diversité adaptative des plantes 2016

Résumé
Le mil est une céréale d’importance majeure pour la sécurité alimentaire dans les régions arides d’Afrique et d’Inde. Pourtant, elle a fait l’objet de relativement peu d’efforts d’amélioration variétale par rapport à d’autres céréales. En particulier, l’amélioration de son système racinaire pourrait permettre une amélioration de la tolérance de cette plantes aux contraintes physiques qu’elle subit (sécheresse et faible disponibilité en nutriments) et ainsi un accroissement substantiel de la production. L’objectif de ce travail est de caractériser ce système racinaire, en vue de produire des connaissances nécessaires à l’amélioration variétale, axée principalement sur la tolérance à la sécheresse en début de cycle. Dans un premier temps, nous avons décrit précisément la morphologie du système racinaire dans les premiers stades de développement, la dynamique de mise en place des axes racinaires ainsi que l’anatomie des différents types de racines. Ce travail a mis en évidence l’existence de trois types anatomiques distincts pour les racines latérales. Nous avons également mis en évidence l’existence de variabilité dans la dynamique de mise en place précoce du système racinaire au sein d’un panel de diversité issu de variétés cultivées. Notre étude a aussi révélé une grande variabilité des profils de croissance des racines latérales. Pour analyser plus avant cette diversité, la croissance d’un grand nombre de racines latérales a été mesurée quotidiennement et un modèle statistique a été conçu pour classer ces racines en trois grandes tendances selon leurs profils de croissance. Ces trois catégories distinguent les racines en fonction de leur taux de croissance et de leur durée de croissance. Ces différents types racinaires sont répartis aléatoirement le long de la racine primaire et il ne semble pas y avoir d’influence des types sur les intervalles entre racines latérales successives. Les trois types cinétiques correspondent, imparfaitement cependant, aux trois types anatomiques mis en évidence dans le premier chapitre. Un travail similaire a été effectué sur le maïs, ce qui a permis de comparer ces deux céréales phylogénétiquement proches. Enfin, nous avons débuté la recherche de marqueurs génétiques associés à la croissance de la racine primaire, un trait supposément impliqué dans la tolérance à la sécheresse précoce. Ce travail a nécessité le phénotypage de ce trait sur un panel de lignées de mil fixées, qui a confirmé la présence d’une grande variabilité existante pour ce trait. Ces lignées ont ensuite été génotypées par séquençage. Les analyses d’association génotype/phénotype sont en cours. Ce travail de thèse a permis de caractériser plus précisément le système racinaire du mil, relativement mal connu jusqu’à ce jour. Il a fourni des données utiles pour la paramétrisation et le test de modèles fonctionnels de croissance et de transport d’eau. La caractérisation cinétique précise des types de racines latérales est une approche originale et pourra être utilisée chez d’autres céréales. Enfin, les données acquises par génétique d’association devraient pouvoir servir à une meilleure compréhension de la mise en place de ce système racinaire et ouvrent la voie à l’amélioration assistée par marqueurs génétiques pour des traits racinaires chez le mil

Mots Clés : root system ; anatomy ; modeling

Présentation (Agritrop/CIRAD)

Version intégrale (4 Mb)

Page publiée le 3 mars 2017