Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2008 → La restructuration du secteur de l’eau au Kenya et en Tanzanie face au problème des quartiers pauvres (capitales et villes secondaires)

Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis (2008)

La restructuration du secteur de l’eau au Kenya et en Tanzanie face au problème des quartiers pauvres (capitales et villes secondaires)

Bousquet Anne

Titre : La restructuration du secteur de l’eau au Kenya et en Tanzanie face au problème des quartiers pauvres (capitales et villes secondaires)

Auteur : Bousquet Anne

Etablissement de soutenance : Université Paris 8, Vincennes-Saint-Denis

Grade : DEA Amonagement 2008

Résumé
La gestion des services urbains marchands connaît depuis le début des années quatre-vingts une profonde mutation. Née dans les pays développés, une vague de « privatisation » touche depuis bientôt deux décennies les pays en développement. Le terme de privatisation, pourtant couramment employé, n’est pas tout à fait approprié. On parle également de dérèglementation mais cela n’est pas vraiment le cas non plus car le passage à une gestion privée d’un service public (sous diverses formes) s’accompagne le plus souvent d’une nouvelle règlementation, dont de nouvelles formules de régulation se portent garantes. On peut employer le terme générique de restructuration, qui permet de dégager les grandes constantes des réformes, quelles que soient leurs formes (transformation d’une administration en société publique de droit privé, délégation au privé, privatisation stricto-sensu, etc.). Parmi les services urbains marchands (énergie, transports, télécommunications, etc.), il convient de consacrer une place toute particulière au secteur de l’eau potable. Le débat sur ce qu’est un bien marchand par rapport à un service public prend une résonance particulière quand il s’agit d’un bien vital comme l’eau. On ne soulignera jamais assez, que si l’on peut se passer d’électricité ou de téléphone, on ne peut en revanche pas se passer d’eau, et que la mauvaise qualité de l’eau est responsable de millions de morts chaque année dans le tiers-monde.

Présentation (DUMAS)

Version intégrale (13,14 Mb)

Page publiée le 26 mai 2017