Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2016 → Quand un espace transitoire devient permanent, repenser l’urbanisation des camps de réfugiés : l’exemple du camp de Zaatari en Jordanie

Université Grenoble Alpes (2016)

Quand un espace transitoire devient permanent, repenser l’urbanisation des camps de réfugiés : l’exemple du camp de Zaatari en Jordanie

Guimon Marjorie

Titre : Quand un espace transitoire devient permanent, repenser l’urbanisation des camps de réfugiés : l’exemple du camp de Zaatari en Jordanie

Auteur : Guimon Marjorie

Etablissement de soutenance : Université Grenoble Alpes

Grade : Master 2 « Urbanisme, Habitat et Coopération Internationale » 2016

Résumé
Les premiers camps de réfugiés ont fait leur apparition en 1920, en réponse à la fuite de dizaines de milliers d’arméniens qui ont dû quitter la Turquie1 après la chute de l’empire Ottoman. Depuis la création du HCR2 en 1950, les camps ont longtemps été considérés comme la manière la plus pertinente pour accueillir temporairement les populations de réfugiés. Cependant, face aux conditions très précaires de ces lieux de refuge et à leur temporalité incertaine, beaucoup de chercheurs et d’humanitaires les condamnent fermement. En effet, initialement prévus pour répondre à une urgence et sur un court terme, nombreux sont les camps qui restent ouverts durant plusieurs décennies (la moyenne est de 17 ans sur l’ensemble des camps créés depuis l’ouverture du HCR en 1950). On constate néanmoins que les créations de camps formels sont en baisse pour laisser place à la multiplication de réfugiés vivant en situation urbaine. Se développent aussi des modes de refuge individuels ou par petites communautés. Dans ce sens, la stratégie du HCR pour 2014 - 20183 est de promouvoir des alternatives aux camps, qui sont considérés aujourd’hui comme la solution de dernier ressort. La crise syrienne de 2011 pose une nouvelle fois la question de l’accueil des réfugiés, qui peut être très différent selon le pays hôte. Ainsi, la Jordanie accueille 524 173 réfugiés4 hors camp et 134 0765 au sein de camps gérés par le HCR. Ces camps doivent aujourd’hui être repensés et réorganisés afin d’offrir des conditions de vie décentes pour tous ceux qui y vivent. Nous proposons ainsi de réfléchir au devenir des camps à travers notamment, leur conception, leurs aménagements, ainsi que les spécificités des personnes pour lesquelles ils sont destinés ; dans le but de développer une vision future. Cette réflexion sera menée sous l’égide d’un exemple concret : le plus grand camp de réfugiés syriens en Jordanie : Zaatari.

Présentation (DUMAS)

Version intégrale (38,68 Mb)

Page publiée le 8 mars 2017