Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Côte d’Ivoire → Analyse des précipitations en zone sahélienne à partir d’un radar bande X polarimétrique

Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Cocody (UFHB) 2014

Analyse des précipitations en zone sahélienne à partir d’un radar bande X polarimétrique

Kacou, Modeste Huberson Ahiba

Titre : Analyse des précipitations en zone sahélienne à partir d’un radar bande X polarimétrique

Auteur : Kacou, Modeste Huberson Ahiba

Université de soutenance : Université Félix Houphouët-Boigny d’Abidjan Cocody (UFHB) co tutelle Université Toulouse III Paul Sabatier (UT3 Paul Sabatier)

Grade : Doctorat 2014

Résumé
Les travaux présentés portent sur l’estimation quantitative des précipitations en Afrique de l’Ouest par télédétection active. Il s’agit plus précisément de tester l’apport d’un radar polarimétrique opérant à une fréquence atténuée (10 Ghz, bande X), pour produire des champs de pluie à haute résolution dans une région caractérisée par des précipitations intenses d’origine convective. Le contexte particulier de ces travaux est le programme de validation de la mission satellitaire Megha-Tropiques grâce auquel 2 campagnes de terrain ont permis de déployer un radar polarimétrique bande X au Sahel, au Niger en 2010 puis au Burkina Faso en 2012 et 2013. Un jeu de données radar et pluviographique conséquent, constitué de près de 200 évènements pluvieux a été analysé. Une gamme d’estimateurs radar polarimétriques a été présentée, puis chacun d’eux a été évalué sur la base de comparaisons avec les pluviographes. Une batterie de tests statistiques classiques et l’analyse des distributions fréquentielles d’intensités ont permis de comparer les performances de ces estimateurs. Les performances ont été évaluées sur une gamme d’échelles spatio-temporelles et les problèmes liés à la représentativité spatiale des pluviographes ont été analysés. Au-delà de l’évaluation "ponctuelle" des estimateurs, basée sur des comparaisons directes entre un pluviographe et un pixel radar, on a développé des méthodes originales pour comparer entre eux les champs haute résolution issus du radar et de l’interpolation des pluviographes. En s’inspirant de méthodes héritées de l’évaluation de modèles numériques les structures des champs ont été comparées en autorisant une tolérance spatiale. Ceci permet d’avoir une évaluation pertinente des champs pour des utilisations subséquentes en hydrologie ou pour la validation satellitaire. Ce travail a confirmé et étendu à la zone sahélienne certains des résultats précédents sur les performances de différents estimateurs radar en Afrique de l’Ouest ; il met en avant les très bonnes performances de l’estimation s’appuyant sur le saut de phase différentiel (KDP), et dans une moindre mesure l’estimateur basé sur l’atténuation spécifique (AH). Cette thèse confirme l’intérêt du radar bande X polarimétrique pour l’estimation quantitative des précipitations et l’analyse des systèmes précipitants en zone tropicale. Ce type de radar relativement compact et peu couteux pourrait être appliqué à la surveillance des risques hydrométéorologiques dans les zones urbaines ou le suivi de

Mots clés : Estimation quantitative de la pluie - Radar bande X - Radar hydrométéorologique - Correction d’atténuation - Convection tropicale - Télédétection - Variabilité spatio-temporelle de la précipitation

Présentation

Version intégrale (8 Mb)

Page publiée le 10 mars 2017, mise à jour le 21 août 2018