Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 1998 → Etude du système de gestion de la fumure organique pour le maintien de la fertilité des terres de culture sur le terroir de ticko dans le sud ouest du Niger

CERGY PONTOISE : ISTOM (1998)

Etude du système de gestion de la fumure organique pour le maintien de la fertilité des terres de culture sur le terroir de ticko dans le sud ouest du Niger

BARTHOLMEY, Claire

Titre : Etude du système de gestion de la fumure organique pour le maintien de la fertilité des terres de culture sur le terroir de ticko dans le sud ouest du Niger

Auteur : BARTHOLMEY, Claire

Etablissement de soutenance : CERGY PONTOISE : ISTOM

Grade : MAITRISE : AGRO-DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL 1998

Résumé
SOMMAIRE : Présentation du terroir de Ticko / Méthodes / Résultats et discussion.
Au Sahel, l’extension des terres de culture a pour conséquence la diminution des surfaces en jachères. Celles ci par le cycle jachère-culture, participent donc peu à la reconstitution et au maintien de la fertilité des champs cultivés. Cette fonction est dévolue au bétail à travers la fumure. Cette étude vise à mieux comprendre les pratiques de gestion de la fumure animale sur un terroir du Sud-Ouest nigérien. La pâture sur les parcours naturels et les champs, associée au parcage nocturne du bétail sur certains champs opère un transfert de matière organique et d’éléments minéraux vers les sites de parcage. Le choix des zones de parcours dépend principalement de l’évolution des ressources fourragères des différentes unités pastorales. Globalement le bétail pâture sur les jachères, profite des résidus de culture et complète avec les plateaux et la transhumance. Les surfaces parquées annuellement ne représentent que 2% des surfaces cultivées du terroir. Les quantités de déjections déposées y sont très élevées variant de 5 et 25 tonnes par hectare en fonction de l’espèce animale et des pratiques des exploitants. Pour chaque unité pastorale, les transferts de fertilité effectués par le bétail, sont calculés en établissant le bilan entre ingestions fourragères et excrétions. Par la gestion du bétail, ce bilan n’est positif que pour les champs parqués (1%) et les pistes à bétail (7%), soit 8% du terroir. D’autre part, les champs parqués reçoivent 20 à 60 fois plus de fumier que la moyenne des terres. La redistribution spatiale de la matière organique et des éléments minéraux par le bétail ainsi que les écarts de productions en mil obtenus avec la fumure, montrent que la gestion de la fumure n ’est que partiellement maitrisée et encore loin de pouvoir maintenir ou reconstituer la fertilité des sols.

Mots clés : ELEVAGE PASTORAL / ENGRAIS ORGANIQUE / FERTILITE DU SOL / NIGER / PARCOURS / TERROIR

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 26 mars 2017, mise à jour le 16 octobre 2019