Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2000 → Pratique et gestion de la fumure organique sur le terrain de Ticko dans le Sud Ouest du Niger

CERGY PONTOISE : ISTOM (2000)

Pratique et gestion de la fumure organique sur le terrain de Ticko dans le Sud Ouest du Niger

DUPUIS, Erwan

Titre : Pratique et gestion de la fumure organique sur le terrain de Ticko dans le Sud Ouest du Niger

Auteur : DUPUIS, Erwan

Etablissement de soutenance : CERGY PONTOISE : ISTOM

Grade : MAITRISE : AGRO-ECONOMIE INTERNATIONALE 2000

Résumé
SOMMAIRE : Présentation du cadre de l’étude (situation géographique, le climat, la géomorphologie, occupation des sols, les habitants, les activités économiques, organisation du système de production, cadre bibliographique). Matériels et méthodes (choix de l’échantillon, préliminaire à l’étude concernée, fumure et rendement du mil, discussion et limite des méthodes). Résultats et discussion : la fumure organique et les rendements du mil (la pluviométrie, analyse du rendement).
Dans les pays sahéliens, l’accroissement de la population s’est accompagné de l’extension des terres de culture au détriment des jachères. Celles-ci ne jouent plus leur rôle de reconstitution ou de maintien de la fertilité. Les jachères ont désormais pour fonction d’alimenter le bétail qui est, par ses excréments, le principal acteur de la fertilité des sols. La charge maximale de bétail permise par les unités de pâture étant atteinte, la disponibilité de fumure est limitée. Les surface parquées annuellement ne représentent que 2% des surfaces cultivées et les quantités appliquées sont de l’ordre de 3 à 23 tonnes par hectare, suivant le type de fumure et les pratiques appliquées. Selon les agro-éleveurs cette forte application de fumier, dans ce contexte sahélien, permettrait une rémanence de 5 ans sur les rendements. Il semblerait que les dires des éleveurs soient exacts et les surfaces fumées reviendraient donc à 10% du territoire. Cependant, il apparaît qu’une quantité non élevée de fumier appliquée à de plus grandes surfaces, limite la perdition de matière organique apportée au sol et améliorerait le rendement global du territoire. Bien que limitée par les ressources en matière organique, cette pratique plus modérée semble à long terme de meilleure augure pour la reconstitution de la fertilité de ces sols ou tout au moins pour un maintien durable.

Mots clés : ENGRAIS ORGANIQUE / FERTILITE DU SOL / FUMIER / MIL / NIGER / RENDEMENT AGRICOLE

Présentation (ISTOM)

Page publiée le 27 mai 2017, mise à jour le 29 septembre 2019