Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Mali → Kiosques de restauration à Kati et Bamako

2016

Kiosques de restauration à Kati et Bamako

Mali

Titre : Kiosques de restauration à Kati et Bamako

"Nourrir les villes par l’élevage des espèces à cycle court (NOVEC)"

Pays : Mali

Localisation : Kati – région de Koulikoro, Mali

Date : 2016 durée 36 mois

Programme : Promotion de l’agriculture familiale en Afrique de l’Ouest | Nourrir les villes ! Porteur du projet : Initiatives – Conseils Développement (ICD), Mali

Contexte
L’Esop des avicultrices : une réalité prometteuse Depuis 2014, le programme Pafao soutient les efforts d’éleveuses de volaille du cercle de Kati : d’un côté, il s’agit d’améliorer la productivité et la présence marchande des éleveuses et, de l’autre, de proposer des produits accessibles aux couches urbaines moins aisées. L’ESOP constitue l’interface entre les groupements et le marché qui produit sur Bamako les poulets fumés et les volailles prêtes à cuisiner.
Diversification de la production de l’Esop et réseau de restauration rapide . L’ESOP constitue l’interface entre les groupements et le marché. À travers le contrat de collaboration négocié, les prix seront établis pour rendre accessibles les produits aux consommateurs urbains pauvres. En amont, les éleveuses diversifient leurs activités avec la cuniculture. Le nombre d’éleveuses formées passe de 100 à 300. En aval, les innovations concernent la gamme de produits, qui sera plus variée (ventes de petits pièces de poulets/lapins et nouvelles recettes) et visera les classes populaires s’alimentant à l’extérieur (kiosques de restauration rapide).

Principales activités
- formation des groupements des femmes et du personnel de l’Esop sur les techniques de négociation et de contractualisation ; - - mise en place de points de vente de proximité fonctionnels ; - - - formation du personnel de la structure de commercialisation aux processus de fabrication des gammes de produits transformés ; - - - sensibilisation des consommateurs pauvres par rapport aux nouveaux produits à travers des canaux de communication de proximité ; - - - organisation des ateliers locaux d’échanges et de validation du modèle d’accès des consommateurs urbains pauvres aux produits issus de l’élevage traditionnel d’espèces à cycle court.

Bénéficiaires : Directs : 300 familles Indirects : 650 familles Femmes : 300

Partenaire (s) : Centre international de développement et de recherche (CIDR), France

Financement : CFSI/Agence française de développement : 50 000 €

Présentation : Alimenterre

Page publiée le 30 juillet 2017