Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Sénégal → Exploitation des plantes sauvages de la Petite Côte (Sénégal)

2012

Exploitation des plantes sauvages de la Petite Côte (Sénégal)

Sénégal

Entraide Protestante Suisse (EPER)

Titre : Exploitation des plantes sauvages de la Petite Côte (Sénégal)

Pays : Sénégal

Date : 2012 -2014

Localisation : Sénégal, Petite Côte, districts de Yene, Diass, Sindia et Popenguine Ndayane

N° de projet EPER : 764.316

Contexte
Il y a quelques décennies encore, les collines aux alentours de la capitale de Dakar étaient entièrement boisées. Mais aujourd’hui, la région n’est plus qu’une vaste étendue désertique. Seules subsistent quelques petites zones arborisées. A l’origine variée, la flore a en grande partie disparu. En cause : la surexploitation à laquelle la région est exposée depuis plusieurs années par méconnaissance, recherche du profit mais aussi et surtout par besoin. Les ressources naturelles (bois, plantes utiles et médicinales sauvages) sont quasiment épuisées et le sol est menacé d’érosion. Conséquence : l’agriculture locale connaît un recul de production tandis que la pression sur les ressources restantes augmente. Dans les zones arborisées restantes, de nombreuses femmes récoltent des baies sauvages et des plantes médicinales qu’elles sèchent, transforment et vendent sur le marché local. Or sans protection et revivification des forêts et des plantes, ces femmes perdront leur source de revenu. A cela s’ajoute qu’un nouvel aéroport international est en cours de construction entre Dakar et Thiès. Les terres avoisinantes gagnent ainsi en valeur et en intérêt pour les spéculateurs. Les familles de petits paysans ne disposant souvent pas de titres fonciers officiels, elles craignent à juste titre de devoir abandonner leurs terres aux investisseurs.

Objectifs
Le projet vise à revivifier et protéger les ressources naturelles dans la région du projet et à promouvoir le bon fonctionnement de communautés rurales exploitant ces ressources de manière transparente et durable. Les objectifs intermédiaires sont la sécurisation de l’accès à la terre pour les familles de petits paysans et les groupes de femmes, la lutte contre l’érosion, la reforestation, la réintroduction et la sauvegarde d’une flore locale diversifiée et la possibilité pour les groupes de femmes de générer un revenu plus important

Bénéficiaires  : 1500 femmes issues de 19 villages

Activités
Au total, le projet aide 19 groupes de femmes de quatre districts à exploiter, transformer et vendre des plantes sauvages. Les bénéficiaires créent des pépinières et font pousser de nouveaux plants dans des pâturages protégés. Tout autour, les femmes plantent des haies pour protéger les jeunes plantes du vent, de l’érosion et des animaux. Le projet favorise également l’accès des femmes à des microcrédits à des conditions intéressantes. Ceux-ci servent de capital de départ pour se lancer dans la commercialisation des produits locaux. Les femmes suivent aussi des formations continues afin d’apprendre à transformer et commercialiser leurs produits de manière rentable. Dans le contexte de la construction de l’aéroport, l’EPER aide son organisation partenaire « Association d’actions concertées pour l’entraide et la solidarité (ACCES) » à s’engager avec la population locale en faveur de l’accès à la terre. Des négociations ont lieu avec les autorités afin de permettre aux familles et aux groupes de femmes d’obtenir des titres fonciers officiels pour leurs terres.

Partenaires  : Association d’actions concertées pour l’entraide et la solidarité (ACCES)

Budget 2016 : CHF 120 000.–

Présentation : HEKS/EPER

Page publiée le 7 avril 2017, mise à jour le 1er mai 2018