Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Irak → Des paysans et des réfugiés contribuent à l’essor de l’agriculture (Irak)

2016

Des paysans et des réfugiés contribuent à l’essor de l’agriculture (Irak)

Irak

Entraide Protestante Suisse (EPER)

Titre : Des paysans et des réfugiés contribuent à l’essor de l’agriculture (Irak)

Pays : Irak

Date : 2016

Localisation : Irak, Dohuk, Erbil, Sulaymaniyah, Halabja et province de Diyalla (Kurdistan, nord de l’Irak

N° de projet EPER : 640.316

Contexte
La région du projet se situe au nord-est, à l’est et au sud-est de la région kurde de l’Irak, à savoir dans les provinces d’Erbil, Dohuk, Sulaymaniah, Halabja et Diyalla. Comparée au reste du pays, la région autonome du Kurdistan est stable et relativement sûre. Ses habitants sont des bâtisseurs qui ont l’esprit d’entreprise.

Objectifs
Le projet vise à améliorer de manière durable les conditions de vie de la population paysanne des districts d’Erbil, Dohuk, Sulaymaniah, Halabja et Diyalla au moyen de techniques d’irrigation modernes et d’une production agricole diversifiée. Il s’agit d’intensifier les cultures maraîchères biologiques et d’optimiser la commercialisation. La transmission de savoir pratique et les échanges entre petits agriculteurs visent à consolider leur position sur les marchés locaux ; il en résulte une amélioration durable de leurs conditions de vie. En outre, concernant l’infrastructure du village, le projet inclut la rénovation de cinq bâtiments scolaires publics dans ces communes rurales

Bénéficiaires  : Le projet s’adresse à 450 familles de petits paysans (soit environ 2700 personnes) qui possèdent moins de trois hectares de terres, qui cultivent ou souhaitent cultiver des légumes et qui sont intéressées à développer également la production de fruits. Ces familles vivent sur quinze communes rurales situées dans les districts d’Erbil, Dohuk, Sulaymaniah, Halabja et Diyalla. D’autres personnes bénéficient du projet : la clientèle locale, les intermédiaires, les fournisseurs de produits associés à l’agriculture et les fonctionnaires des antennes locales dédiées à l’agriculture. La population déplacée qui vit dans ces villages et qui apporte son savoir-faire agricole compte aussi parmi les bénéficiaires. Elle peut ainsi gagner sa vie sans dépendre ni de la charité d’autrui ni de l’aide humanitaire. Les personnes déplacées et les familles kurdes autochtones se partagent les revenus de la production réalisée en commun. Pendant les périodes de travail intensif, comme les récoltes, le projet bénéficie également à un millier de personnes engagées comme main-d’œuvre journalièr

Activités
Aménagement de quatre réservoirs d’eau et reconstruction de cinq canaux d’irrigation • Modernisation de serres en tunnel et de serres à structure rigide, de systèmes d’irrigation et d’abreuvoirs à bétail pour 450 familles de petits paysans • Mise à disposition de jeunes plants et de semences pour 450 familles de petits paysans • Aménagement de pépinières communautaires dans quinze communes • Accompagnement des 450 familles dans la mise en œuvre d’innovations techniques sur les exploitations • Organisation de 30 sessions de formation (de cinq jours chacune) consacrées à l’utilisation de nouveaux moyens de production et destinées à environ 900 paysannes et paysans • Transmission de savoir-faire en cultures maraîchères et fruitières (par ex. diversification de la production, méthodes d’amendement naturelles) à 100 personnes et suivi de la mise en œuvre • Formation de 50 personnes à l’élevage et à des techniques naturelles de production de viande et de production laitière • Formation de 50 Kurdes au séchage et à la commercialisation des fruits • Création de cinq associations (groupements d’intérêt et comités spécialisés) constituées de représentants des bénéficiaires et des autorités locales

Partenaires  : Ville de Zurich, Fondation Leopold Bachmann ; REACH - Rehabilitation, Education and Community Health Diakonie Katastrophenhilfe (DKH, aide diaconale en cas de catastrophe)

Budget 2016 : CHF 440 000.

Présentation : HEKS/EPER

Page publiée le 19 juillet 2017, mise à jour le 16 avril 2018