Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Sénégal → Préservation d’un environnement agricole durable et renforcement de la résilience des jeunes et des femmes aux impacts du changement climatique dans le Département de Tivaouane (Sénégal)

2016

Préservation d’un environnement agricole durable et renforcement de la résilience des jeunes et des femmes aux impacts du changement climatique dans le Département de Tivaouane (Sénégal)

Sénégal

Titre : Préservation d’un environnement agricole durable et renforcement de la résilience des jeunes et des femmes aux impacts du changement climatique dans le Département de Tivaouane (Sénégal)

Pays : Sénégal

Dates : Année de début de projet 2016 — Date de fin du projet 31/12/2017

Partenaire (s) : Conseil régional Midi-Pyrénées, Conseil Départemental de Tivaouane

Contexte : Situé en zone sahélienne, le département de Tivaouane, hormis la partie située dans les Niayes, se trouve essentiellement dans la zone agro écologique du Bassin Arachidier. Celle-ci est caractérisée par une pluviométrie qui dépasse guère les 400 mm/an et des sols sableux originellement pauvres en matières organiques et soumis à différents processus érosifs (érosion éolienne, hydrique). Tivaouane est un département qui présente un tissu économique à dominante agricole. Or, sous le poids de l’urbanisation galopante, les superficies agricoles, déjà pauvres en matières organiques, se réduisent de plus en plus. A cela s’ajoutent les effets des changements climatiques qui ne favorisent pas la productivité des activités agricoles et qui se manifestent par la diminution de la pluviométrie qui aujourd’hui reste très faible (entre 300 et 400 mm / an) et par l’abaissement de la nappe phréatique. A la fin des années 1970 et début 1980, des situations chroniques de sécheresse se sont traduites par une réduction de l’économie agricole et une augmentation de l’exode rural avec une migration temporaire et/ou définitive des jeunes. Cette stratégie fragilise les moyens de subsistance provenant de l’agriculture des exploitations familiales.

Objectif
Le projet envisagé se propose de travailler au renforcement des maillons tri, transport, recyclage, stockage et commercialisation afin de créer une valeur ajoutée à chaque étape.
Objectifs locaux : Le projet vise le développement de l’agroécologie, l’amélioration des revenus et de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations du centre nord du bassin arachidier par le renforcement de la résilience aux impacts du changement climatique dans le cadre d’un développement socioéconomique inclusif durable. A long terme, c’est aussi l’opportunité de réduire la pollution et d’améliorer la salubrité publique. Le projet vise également, par l’incitation et la mise en œuvre d’une dynamique permettant la valorisation des déchets en compost, d’assurer une restauration durable de la fertilité des terres. Enfin, l’objectif est également de renforcer les liens de solidarité ville-campagne et de sensibiliser les décideurs locaux à l’approche systémique et territoriale de certaines problématiques du développement.
Objectifs en France : L’objectif à long terme est de générer un partenariat franco-sénégalais, tant technique que financier, entre des acteurs concernés par une même filière (centre de tri, gestion et valorisation des déchets). Au delà du partage sur des savoir faire maîtrisés par certains, à découvrir pour d’autres c’est également aussi, compte tenu des contextes décalés, de rechercher des solutions innovantes et pourquoi pas susceptibles d’être ensuite utiles aux bénéficiaires des deux pays.

Descriptifs
L’urbanisation croissante et la pression foncière corrélées à la production de déchets ménagers mal gérés par les collectivités, perturbent les équilibres naturels et compromettent la productivité agricole. Pour préserver les moyens de subsistance des populations et encourager l’installation des jeunes en agriculture, le Département de Tivaouane et la Région LRMP, accompagnés de partenaires privés, envisagent d’organiser les acteurs de la filière déchets organiques de plusieurs communes. Ce projet ambitionne de créer de la valeur ajoutée et de développer des stratégies d’atténuation et d’adaptation aux changements climatiques en s’appuyant sur les principes de territorialisation et d’intercommunalité pour structurer la filière déchets, restituer de la fertilité aux sols, développer la productivité agricole et améliorer les moyens de subsistance des populations locales.

Mise en œuvre
Maître d’ œuvre  : ASODIA
Maitre d’ouvrage : Conseil régional Midi-Pyrénées, Conseil Départemental de Tivaouane
Bénéficiaire (s) : Les groupes-cibles sont : l’Union des Groupements Paysans de Meckhé (UGPM), l’Association des groupements maraîchers du Kayor (AGMK), la Fédération des associations de développement communautaires (FADEC) et l’Association pour le développement de Mboro (ADM/JEA). Les bénéficiaires directs sont les 5 000 exploitations et les 300 jeunes agriculteurs et femmes porteurs de projet. Vu, la composition et la taille des familles, le nombre de bénéficiaires finaux est estimé à environ 20 000 personnes.

Coût total de l’opération : 120 000 €

Commission Nationale de la Coopération Décentralisée (France)

Page publiée le 31 mars 2017, mise à jour le 4 juillet 2018