Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Niger → 2009 → Conséquences de la variabilité du niveau du lac sur les activités des pêcheurs de la rive nigérienne du lac Tchad

Université Abdou Moumouni de Niamey (2009)

Conséquences de la variabilité du niveau du lac sur les activités des pêcheurs de la rive nigérienne du lac Tchad

KIARI FOUGOU Hadiza

Titre : Conséquences de la variabilité du niveau du lac sur les activités des pêcheurs de la rive nigérienne du lac Tchad

Auteur : KIARI FOUGOU Hadiza

Université de soutenance : Université Abdou Moumouni de Niamey

Grade : Mémoire de DEA 2009

Résumé
L’objectif de ce travail est d’évaluer l’impact de la variabilité des niveaux du lac Tchad sur l’activité socio-économique des différents groupes de pêcheurs, les méthodes et techniques employées par les pêcheurs. Une telle étude nécessite une description des mutations écologiques intervenues et contribue donc à la connaissance des potentialités halieutiques de la partie nigérienne du lac. L’étude effectuée concerne 255 pêcheurs âgés de 25 à 50 ans qui ont au mois connu une phase de variation du lac Tchad. Ces pêcheurs sont répartis dans 5 villages (Doro Léléwa, Haboula, Doua, Gadira, Kindilla et Karamga) et 6 campements (Djaboua, Toumboun Sounsayé, Malam Fatori Tchoukou, Alawahit et Kouïkléa) de la rive nigérienne entre le Département de N’guigmi et la commune rurale de Bosso. Ainsi les pêcheurs enquêtés se divisent en 2 grandes catégories dont les nigériens 45% composés (des boudoumas, kanouris, peuls….etc) et les étrangers 55% composés (des tchadiens 4%, nigérians 35%, maliens 10%, camerounais 6%).Un nombre très important des pêcheurs étranger s’expliquent par la richesse en quantité de poisson de cette rive par rapport au autres rives du lac Tchad. _ Un des résultats de cette étude est la diminution extrême de l’ichtyofaune, puisque sur les 33 espèces de poison couramment péchées dans les années 1960, seules 3 semblent subsistent actuellement (Clarias sp, Tilapia sp et Heterotis niloticus). Cela pourrait être partiellement du à la modification des conditions écologiques avec le passage d’un système de type lacustre à un système de type marécageux.

Présentation

Page publiée le 14 avril 2017, mise à jour le 22 février 2020