Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Niger → 2005 → ÉTUDE DE LA FILIERE DES PRODUITS DU PALMIER DOUM EN PERSPECTIVE DE MISE EN PLACE D’UN MARCHE RURAL AU NIVEAU DE LA GRAPPE DE EL GUEZA (AGUIE) NIGER

Université Abdou Moumouni Niger (2005)

ÉTUDE DE LA FILIERE DES PRODUITS DU PALMIER DOUM EN PERSPECTIVE DE MISE EN PLACE D’UN MARCHE RURAL AU NIVEAU DE LA GRAPPE DE EL GUEZA (AGUIE) NIGER

HAROUNA Mahamane

Titre : ÉTUDE DE LA FILIERE DES PRODUITS DU PALMIER DOUM EN PERSPECTIVE DE MISE EN PLACE D’UN MARCHE RURAL AU NIVEAU DE LA GRAPPE DE EL GUEZA (AGUIE) NIGER

Auteur : HAROUNA Mahamane

Université de soutenance : Université Abdou Moumouni Niger

Grade : Diplôme d’Etudes Supérieures Spécialisées (D E S S) 2005

Résumé
L’étude de la filière des produits du doumier a été l’évolution de la demande des paysans de la grappe de El Gueza, qui ont cherché la faisabilité technique et organisationnelle de mise en place d’un marché rural, basé sur l’exploitation des ressources de palmier doum (Hyphaene thebaica). L’étude a été menée en collaboration avec les trois acteurs de la recherche (paysans, développeurs, et chercheurs) où chaque acteur a participé aux différentes étapes de la recherche. Les données ont été collectées sur la base des entretiens individuels et en groupe, des visites des marchés et observations des acteurs. Il en résulte que les palmes (blanches et bourgeons) sont les produits du palmier doum les plus exploités au niveau de la grappe villageoise. La récolte de palmes est souvent source des conflits entre les paysans (coupe des palmes sur RN du doumier). Le système actuel de gestion de la ressource a montré ses limites : dysfonctionnement des CSGRN (Comité de Surveillance et de Gestion de la Régénération Naturelle). La filière doum est composée de trois sous filières (directe, courte et longue) et les acteurs locaux (coupeurs-vendeurs de palmes et artisans) sont surtout présents dans les sous filières directe et courte. L’exploitation actuelle est plus rentable pour les grossistes avec un revenu annuel de 1 326 000 Fcfa, que pour les coupeurs-vendeurs de palmes ou artisans avec un revenu annuel 50 000 Fcfa. Plusieurs facteurs sont à l’origine de la faiblesse de revenus des acteurs locaux ; faiblesse de la demande locale en palmes, l’enclavement de la zone et l’inexistence des structures paysannes de commercialisation. Pour lever ces contraintes, il faut améliorer la demande locale par le désenclavement de la zone et la formation des structures locales de gestion. L’organisation du marché est en cours de débat entre les différents acteurs de la recherche. En définitive, il s’agit de rapprocher la demande à l’offre par la mise en place du marché au niveau de la grappe.

Mots clés : Approche PAIIP, Grappe villageoise, Vulnérabilité, Hyphaene thebaica, Filière, Marché rural, Revenu.

Version intégrale (UCLouvain)

Page publiée le 15 avril 2017