Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2016 → MAGNUM : Les Maasaï, les gnous, et la métropole (Magnum) Comprendre la complexité socio-écologique des paysages de migration de la faune sauvage au sud du Parc National de Nairobi, Kenya – Une approche interdisciplinaire, collaborative and opérationnelle

Agence Nationale de la Recherche (ANR) 2016

MAGNUM : Les Maasaï, les gnous, et la métropole (Magnum) Comprendre la complexité socio-écologique des paysages de migration de la faune sauvage au sud du Parc National de Nairobi, Kenya – Une approche interdisciplinaire, collaborative and opérationnelle

Migration de la faune sauvage (Kenya)

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : MAGNUM : Les Maasaï, les gnous, et la métropole (Magnum) Comprendre la complexité socio-écologique des paysages de migration de la faune sauvage au sud du Parc National de Nairobi, Kenya – Une approche interdisciplinaire, collaborative and opérationnelle

Pays/ Région : Parc National de Nairobi, Kenya

Référence projet : ANR-16-CE03-0004

Date : Début et durée du projet scientifique octobre 2016 - 48 mois

Programme ANR : (DS0106) 2016

Contexte
La perte et la fragmentation des habitats sont des menaces majeures pour la biodiversité et, incidemment, pour la stabilité et l’existence des sociétés humaines. La domination de la nature par les sociétés modernes s’exprime par la transformation et la simplification des mosaïques éco-paysagères, ceci pouvant engendrer une perturbation des processus et une dégradation des services écologiques. Dans ce contexte, les aires protégées ont été conçues comme des pierres angulaires de la conservation de la faune et de la flore sauvage mais ont omis dans le même temps de considérer les nombreux cas de coexistence et de coévolution. De plus, ces enclaves de protection relèguent au second plan l’importance écologique des matrices intercalaires auxquelles sont pourtant inféodées, par exemple, les migrations animales, qui assurent des fonctions écologiques majeures. Le constat est donc celui d’une nécessité de concevoir de nouveaux dispositifs de protection de la nature basé sur un renouvellement de la relation à la nature. Le défi est de mieux comprendre les causes et les conséquences des transformations du paysage, en cherchant notamment à révéler comment les processus écologiques et sociaux s’imbriquent. Ce défi est considérable en raison (i) de la nature complexe des systèmes étudiés, (ii) des incertitudes à son égard, et (iii) du jeu complexe des échelles et des interdépendances. L’enjeu est d’apprendre à gérer les processus tout en considérant ces éléments plutôt qu’à imposer des prescriptions normées (ex. rendement maximum soutenable).

Présentation
Le projet MaGnuM vise à répondre à certains de ces enjeux à partir d’une étude qui place en son cœur le terrain, l’interdisciplinarité, la collaboration, et la modélisation. La zone d’étude comprend (i) le Parc National de Nairobi, séparé de (ii) Nairobi par une clôture électrique au nord mais ouvert au sud et communiquant avec (iii) une vaste savane au sud. Les grands mammifères se dirigent durant la saison sèche vers le PNN, qu’ils quittent pour les plaines semi-arides du sud lors de la saison des pluies. Les changements d’occupation des sols se sont accélérés depuis la fin des années 1990, suite notamment aux découpages et ventes de terres Maasai et à la croissance urbaine de Nairobi. En conséquence, la savane s’artificialise et se fragmente, entraînant une chute démographique de la plupart des espèces de faune sauvage et une accélération des transitions socio-culturelles. L’objectif est de mieux comprendre comment se produisent les transformations du paysage de manière à mieux comprendre les enjeux et pouvoir susciter de nouveaux modes de gestion du milieu à somme positive pour ses occupants humains et non-humains. L’hypothèse est que cela nécessite (i) la mobilisation de plusieurs savoir-faire disciplinaires et (ii) la collaboration de scientifiques et de profanes dont les savoirs experts et vernaculaires sont susceptibles de se conjuguer pour promouvoir des apprentissages croisés propices à la mise en place de nouveaux cadres de gestion. Le projet se structure autour de trois Working Packages (WP). Le WP1 est dévolu à la caractérisation du système socioécologique sous des angles pluriels : questions foncières, démographiques, d’usage des sols, pratiques de gouvernance et modes d’exploitations des ressources naturelles, questions écologiques concernant la mobilité de la faune sauvage et la dynamique de la savane. Des méthodes propres à la géographie physique, aux sciences humaines et à l’écologie seront mobilisées. Le WP2 s’attache à construire des modèles spatiaux numériques en vue de valider les modèles conceptuels du WP1 et de simuler des scénarios co-construits dans le WP3. Le WP2 cherchera à modéliser les mobilités animales, les changements d’occupation du sol, et les scénarios de gestion. Le WP3 a pour vocation d’inscrire une forte dimension collaborative dans les activités de co-production de connaissance et de simulation de scénarios multi-agents.

Coordinateur : François Mialhe (Environnement Ville Société)

Partenaires  : EVS Environnement Ville Société

Financement Aide de l’ANR :

Présentation (ANR)

Page publiée le 24 juin 2017, mise à jour le 12 octobre 2017