Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2016 → LANDTHIRST : Les paysages de la soif : changement climatique et ajustements comportementaux face au manque d’eau

Agence Nationale de la Recherche (ANR) 2016

LANDTHIRST : Les paysages de la soif : changement climatique et ajustements comportementaux face au manque d’eau

Changement climatique et manque d’eau

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : LANDTHIRST : Les paysages de la soif : changement climatique et ajustements comportementaux face au manque d’eau

Région : Global

Référence projet : ANR-16-CE02-0001

Date : Début et durée du projet scientifique octobre 2016 - 48 mois

Programme ANR : ANR-16-CE02-0001

Présentation
Le changement climatique menace de réduire la disponibilité en eau de surface en de nombreux lieux. L’eau est essentielle à la vie, et la plupart des espèces animales ont besoin de boire, toujours, au cours de certaines périodes de l’année, ou lors d’événements climatiques extrêmes (par exemple lors des vagues de chaleur). L’incapacité des individus à boire, même pour une courte période de temps, peut parfois menacer des populations entières. Face à un manque d’eau, les individus peuvent s’alimenter sur de la nourriture plus riche en eau ou chercher de l’eau dans le paysage. Ces changements de régime alimentaire sont-ils coûteux, conduisant à une moins bonne qualité de l’alimentation ? Comment les animaux savent-ils où trouver de nouvelles sources d’eau avant de succomber à la déshydratation ? Pourquoi utilisent-ils les zones où ils pourraient être pris au piège de se retrouver sans eau, plutôt que de rester à proximité des sources d’eau permanentes ? Ces questions, critiques dans notre compréhension des impacts du changement climatique, sont toujours sans réponse. Leur étude est l’objet du projet LANDTHIRST, et celui-ci a l’ambition d’être la première étude intégrée des ajustements du comportement de la faune au manque d’eau.
LANDTHIRST sera conduit en utilisant deux ongulés africains comme espèces modèles (le zèbre des plaines (Equus quagga) et le grand koudou (Tragelaphus strepsiceros)) dans l’une des plus grandes aires protégées d’Afrique (Parc national de Hwange, Zimbabwe)), qui est aussi un site de recherche à long-terme (‘Zone Atelier’) et un observatoire unique du changement climatique et de ses répercussions sur les écosystèmes. Le défi d’étudier le comportement des animaux dans leur milieu naturel sera relevé en utilisant une combinaison d’approches méthodologiques : par exemple, nous allons étudier le comportement spatial des individus avec le suivi GPS, la modélisation des déplacements et des analyses de récursions nouvellement mises au point ; la composition et la qualité du régime alimentaire seront étudiées en utilisant le bar-coding ADN et l’analyse spectroscopique proche infra-rouge ; des analyses isotopiques révéleront les changements dans la contribution relative des différentes sources d’eau consommée (eau de boisson vs. eau contenue dans les plantes).
Globalement, LANDTHIRST va (i) produire des connaissances immédiates sur l’impact du changement climatique sur les espèces, en prenant comme exemple particulier celui des savanes africaines, des écosystèmes d’intérêt culturel et environnemental à l’échelle mondiale ; (ii) ouvrir la voie à une plus grande prise de conscience de l’impact des changements climatiques sur la disponibilité en eau pour la faune et de la biodiversité, tout en offrant des avancées conceptuelles et méthodologiques dans l’étude scientifique de ces effets dans d’autres systèmes.

Coordinateur : Simon Chamaillé-Jammes (Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive)

Partenaires  : CEFE UMR5175 Centre d’Ecologie Fonctionnelle et Evolutive

Financement Aide de l’ANR : 315 900 euros

Présentation (ANR)

Page publiée le 8 août 2017, mise à jour le 12 octobre 2017