Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets de recherche pour le Développement → 2010 → FEGEAC : Familles, genre et activité en Afrique subsaharienne : quels changements dans la gestion du bien-être des ménages ?

Agence Nationale de la Recherche (France) 2010

FEGEAC : Familles, genre et activité en Afrique subsaharienne : quels changements dans la gestion du bien-être des ménages ?

Gestion Ménage Afrique

Agence Nationale de la Recherche (France)

Titre : FEGEAC : Familles, genre et activité en Afrique subsaharienne : quels changements dans la gestion du bien-être des ménages ?

Région : Afrique subsaharienne

Référence projet : ANR-10-SUDS-0005

Date : Début et durée du projet scientifique - 36 mois

Programme ANR : Les Suds Aujourd’hui II (SUDS) 2010

Présentation
Les dynamiques démographiques et sociales observées au cours des dernières décennies en Afrique rendent comptent d’importants changements observables au sein de l’organisation familiale : la complexification des modèles familiaux, la relative perte de prérogative de la logique lignagère sur la formation des unions, les progrès en matière de scolarisation, notamment des femmes, le recul de l’âge au premier mariage, la montée du divorce, etc. Bien des indices attestent d’une importante reconfiguration des familles. Ces changements se produisent dans un contexte de forte croissance démographique, d’urbanisation galopante et de dégradation durable et profonde de la situation économique mais aussi épidémiologique (Coussy et Vallin, 1996 ; Ferry, 2007 ; Guengant, 2007). Ces phénomènes affectent de différentes manières le bien-être des ménages et leurs aptitudes à faire face à des situations difficiles et modifient du même coup les relations sociales dans leur ensemble et entre les sexes tout particulièrement. La dégradation drastique du salariat urbain compte parmi les faits les plus marquants des dernières décennies. Alors que le secteur moderne des économies urbaines perd en puissance, le secteur informel, féminin par excellence, se développe plaçant les femmes au centre des stratégies de survie des ménages. La circulation des ressources monétaires au sein du couple - et plus généralement de la famille - s’en trouve modifiée, impliquant des mutations des fonctions assurantielles des unions conjugales et obligeant alors chacun des membres du couple à se repositionner dans la sphère des échanges intrafamiliaux. Ce projet pluridisciplinaire se propose de traiter des recompositions familiales à l’œuvre dans les villes africaines à travers l’étude des rapports sociaux de sexes et plus précisément de l’évolution des rôles féminins et masculins dans la satisfaction des besoins élémentaires des membres du ménage. Nous proposons de travailler dans 3 capitales d’Afrique de l’Ouest, Cotonou, Lomé, Ouagadougou qui se caractérisent par une forte croissance démographique liée à une mobilité rural-urbain constante, mais aussi à d’importants flux de populations circulant entre ces centres urbains, en raison de l’intensification des échanges commerciaux animés principalement par les femmes à l’échelle régionale et internationale. L’implication croissante des femmes dans l’économie modifie leur statut et affecte les relations de genre. Elle participe aussi dans ces villes à l’émergence de nouveaux modèles familiaux et de dynamiques conjugales novatrices qu‘il importe de mettre à jour.
L’étude de la famille en Afrique s’attache généralement à décrire l’évolution des modèles familiaux, tant dans les modalités de leur constitution (choix du conjoint, monétarisation, polygamie) que dans leur dynamique (calendrier et durée des unions, remariage, polygamie) et dans leur structure (taille, type de ménage). Le présent projet propose de suivre cette démarche tout en la dépassant. En effet, à ces trois dimensions (structure, dynamique et constitution) s’ajoute une dimension complémentaire essentielle, celle de l’analyse des rôles intrafamiliaux et des relations entre les hommes et les femmes tout particulièrement.

Coordinateur : Madame Agnès ADJAMAGBO (INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT - IRD)

Partenaires  : LPED INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT - IRD

Financement Aide de l’ANR : 249 999 euros

Présentation (ANR)

Page publiée le 12 mai 2017, mise à jour le 8 novembre 2017