Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Cap Vert → Améliorer les connaissances sur le gecko géant du Cap Vert (Tarentola gigas), une espèce endémique et menacée qui vit dans les Réserves Biologiques Intégrales des îlots Raso et Branco

2016

Améliorer les connaissances sur le gecko géant du Cap Vert (Tarentola gigas), une espèce endémique et menacée qui vit dans les Réserves Biologiques Intégrales des îlots Raso et Branco

Cap Vert

Titre : Améliorer les connaissances sur le gecko géant du Cap Vert (Tarentola gigas), une espèce endémique et menacée qui vit dans les Réserves Biologiques Intégrales des îlots Raso et Branco

Pays : Cap Vert

Zone d’intervention : Les îlots Raso et Branco, Cap Vert

Période d’intervention : Novembre 2016 – Novembre 2017

Secteur : Espèces animales menacées, Préservation de la biodiversité

Organisation : CIBIO

Contexte : Les îlots Raso et Branco dans l’archipel du Cap Vert, sont classés Réserves Biologiques Intégrales et sont aujourd’hui inhabités. Cette région possède de nombreuses espèces endémiques qui sont peu étudiées du fait de leur isolement géographique et des conditions logistiques difficiles pour y accéder (pas d’aéroport ou de port, pas d’eau potable et aucune infrastructure humaine permanente). Le gecko géant du Cap Vert est un des plus grands du monde et ne vit que sur ces deux îlots. On sait très peu de choses sur la taille de sa population (que l’on imagine très fluctuante), son régime alimentaire et son comportement. L’espèce a été classée menacée surtout à cause de sa répartition limitée. La rareté des insectes et autres petites proies sur l’îlot Raso a conduit les geckos à entretenir un lien trophique fort avec les oiseaux. Les quelques observations effectuées ont montré que les geckos se nourrissent régulièrement d’aliments régurgités par différentes espèces d’oiseaux de mer, mais aussi de restes d’oeufs et sans doute même d’oeufs entiers de puffins du Cap-Vert et d’alouettes de Raso. Il est essentiel de comprendre l’importance de ces liens, afin que les futures actions de conservation puissent avoir un impact positif global sur la survie de ces espèces. Pour ce projet, l’équipe du CIBIO se concentrera principalement sur l’îlot Raso, où vivent au moins cinq colonies différentes d’oiseaux et où le gecko est plus facile à étudier.

Objectifs Plusieurs objectifs ont été définis : * Déterminer la taille des populations de geckos et leur répartition territoriale. L’équipe du CIBIO développera une méthode de capture-marquage-recapture dans deux types d’habitats distincts : les rochers et la plaine. Après cette première expérimentation, la méthode sera reproduite dans cinq différentes zones autour de l’îlot pour mieux connaître la densité et la répartition de la population dans chacune de ces zones, grâce à la mise en place de transects. L’équipe du CIBIO recueillera des données biométriques, ainsi que des informations sur le ration mâle/femelle et des échantillons de fèces et de queues, afin de les analyser ensuite en laboratoire en utilisant la dernière génération de séquençage. Si les conditions logistiques sont suffisantes, la procédure sera reproduite sur l’îlot Branco. * Identifier les principales proies de l’espèce et évaluer l’importance de la relation trophique avec les oiseaux et les arthropodes. Une analyse minutieuse du régime alimentaire du gecko sera effectuée grâce à la technique du « Barcoding moléculaire » sur des échantillons de matière fécale. Cette technique, qui maximise la résolution, permet la détection de détails exceptionnels, d’échantillons de proie mous, minuscules, voire invisibles, et peut même corriger certaines distorsions présentes dans les modèles écologiques.

Partenaires  : Direction nationale de l’Environnement - BIOSFERA

Financement
Budget total  : 27 976 €
Subvention Fondation Ensemble : 7 500 €

Fondation Ensemble

Page publiée le 7 juin 2017, mise à jour le 1er avril 2018