Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Niger → Les céréales du succès. Le modèle Cernafa au Niger

2014

Les céréales du succès. Le modèle Cernafa au Niger

Niger

Titre : Les céréales du succès. Le modèle Cernafa au Niger

Pays : Niger

Code du projet : NI 2/14/07

Date/ Durée : 2014 2 ans

Contexte
Depuis des années, la pauvreté, la sécheresse et l’érosion des sols contraignent de nombreux paysans à fuir vers les villes, tandis que leurs femmes et leurs enfants restent au village. Toutefois, plutôt que de se cacher la tête dans le sable, ils se sont unis pour fertiliser le désert.
Cependant, depuis 2002, , une cinquantaine de femmes se sont unies pour faire front contre la misère. Soutenues par SWISSAID, elles ont fondé le groupement horticole « Cernafa » afin de cultiver ensemble des fruits et des légumes destinés au marché local. Ces cultivatrices se sont réparti le travail – la présence au marché ainsi que l’irrigation des champs à l’aide d’un arrosoir – et ont envoyé leurs filles à l’école. Le succès ne s’est pas fait attendre et très vite le groupement a compté plus d’une centaine de membres.

Descriptif
Ce qui a fonctionné à Djoga doit désormais servir aux familles d’autres villages. Sous l’impulsion de « Cernafa », l’association de producteurs « Suba Se », unissant les groupements du district de Torodi, a vu le jour en 2007 et reprend le modèle couronné de succès de la culture maraichère communautaire. Quelque 1200 personnes provenant de 16 villages ont marché dans les traces des pionnières de Djoga. Le « modèle Cernafa » comprend également des cours techniques et d’alphabétisation. Les horticulteurs et horticultrices de « Suba Se » sont maintenant capables de gérer de manière autonome et professionnelle un groupe de crédit et d’épargne, ou de produire une partie de leurs semences
SWISSAID et ses partenaires ont donc lancé en 2012 un projet pilote qui a fait ses preuves : suivant les conclusions d’une étude agronomique commandée par SWISSAID, l’organisation « Suba Se » a prouvé dans un champs pilote que, lorsque les terres sont régulièrement irriguées, la culture du maïs peut fonctionner dans la région, et ce de façon biologique

Bénéficiaires : 1190 familles paysannes dans 16 villages

Porteur du projet  : Swissaid

Organisation partenaire : UGPCO SUBA SE

Coût : 140’714.- CHF

Swissaid

Page publiée le 12 juin 2017, mise à jour le 11 avril 2018