Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Tchad → Hygiène : quinze nouveaux puits et cinq toilettes au sud du Tchad

2016

Hygiène : quinze nouveaux puits et cinq toilettes au sud du Tchad

Tchad

Titre : Hygiène : quinze nouveaux puits et cinq toilettes au sud du Tchad

Pays : Tchad

Localisation : Région du Logone occidental

Code du projet : TS 02/16/07

Date/ Durée : 2016 12 mois

Contexte
Bien que le pays possède des eaux souterraines, des grands lacs et des fleuves, seul un habitant sur deux boit de l’eau potable. Au Tchad, l’eau est précieuse et, comme pour toutes les ressources précieuses, on se bat pour les posséder. Les habitants des villages, qui vont chercher de l’eau pour leur usage quotidien, font la guerre aux éleveurs dont les bêtes s’abreuvent au même puits – pour autant qu’il y ait de l’eau.
Les femmes et les jeunes filles marchent six heures par jour avec leur seau et leur bidon jusqu’au prochain puits mais souvent sans succès. L’agriculture souffre aussi de cette pénurie d’eau chronique, ce qui a pour conséquence de faire perdurer la faim. Un tiers de la population souffre de malnutrition.
Les installations sanitaires posent aussi problème. A la campagne, seulement 6% des habitants possèdent leurs propres toilettes et presque tout le monde fait ses besoins à l’air libre. Comme on ne peut pas se laver les mains, on retourne aux champs, à la cuisine ou à l’école les mains sales. Les matières fécales de l’homme et du bétail contaminent l’eau potable et le sol. Ce sont donc les familles d’agriculteurs qui en pâtissent le plus.

Descriptif
Pour donner aux habitants accès à l’eau potable toute l’année, SWISSAID aide quinze villages de la région du Logone occidental ainsi que cinq écoles à se munir d’un puits. Les puits fonctionnent avec une pompe à main et peuvent avoir jusqu’à 90 mètres de profondeur en fonction des ressources en eau et de la nature du sol. Les cinq nouvelles latrines construites dans des écoles représentent une étape importante pour la promotion de la santé. Les écoliers n’ont donc plus besoin d’aller aux toilettes dans les fourrés. Mais ce sont surtout les fillettes qui sont les plus heureuses, car faire leurs besoins au grand air les expose à la violence sexuelle. Les cinq petites latrines deviendront donc des lieux très prisés pendant la récréation.

Bénéficiaires : 13’000 personnes vivant dans 15 villages

Porteur du projet  : Swissaid

Coût : 242’700 francs

Swissaid

Page publiée le 20 juillet 2017, mise à jour le 6 avril 2018