Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → ONG/NGO Coopération décentralisée → Sénégal → Projet de Restauration et de Conservation de la Biodiversité dans la forêt Classée de Rao et des forêts Communautaire de Gandon : phase consolidation (Sénégal)

2016

Projet de Restauration et de Conservation de la Biodiversité dans la forêt Classée de Rao et des forêts Communautaire de Gandon : phase consolidation (Sénégal)

Sénégal

Titre : Projet de Restauration et de Conservation de la Biodiversité dans la forêt Classée de Rao et des forêts Communautaire de Gandon : phase consolidation (Sénégal)

Pays : Sénégal

Numéro projet : SEN/SGP/OP6/Y2/CORE/BD/16/07

Domaine : Biodiversity

Durée : Start Date : 11/2016 — End Date : 7/2018

Bénéficiaire : Association Intervillageoise de Gandon

Objectif
L’ojectif général du projet est de contribuer à la réhabilitation de la biodiversité au niveau de la forêt classée de Rao.
Objectifs spécifiques : Renforcer le couvert végétal ; Renforcer la visibilité des limites de la forêt classée de Rao ; Elargir la mise en place de système de gestion durable au niveau de la forêt classée de Rao ; Réduire la pression sur les ressources sylvopastorales au niveau de la forêt classée de Rao.

Présentation
La zone couverte par l’AIV de Gandon s’étend sur une superficie de 9620 ha dont 300ha occupés par la forêt classée de Rao qui fait partie de la zone tampon de la Réserve de Biosphère Transfrontalière du delta du Fleuve Sénégal. Cette forêt est une zone exposée aux différentes formes d’agressions climatiques entraînant une forte dégradation de celle-ci et de son terroir environnant caractérisé par des formations dunaires avec un risque d’ensablement des zones de dépression. En plus, on note également dans cette zone, une forte concentration humaine (agro pasteurs) accentuant la pression sur les ressources pastorales (Important cheptel avec une faible capacité de charge), forestières (surexploitation) et agricoles (surexploitation des terres agricoles). Ces difficultés, si elles ne sont pas corrigées, risquent de compromettre les bases du développement socio-économique de la zone et la conservation de la Biodiversité. Cette situation ainsi décrite révèle que les conditions de vie des populations de la zone sont de plus en plus précaires.

Par conséquent, le projet envisage de lever certaines contraintes par : la restauration et la conservation de la biodiversité dans la forêt classée de Rao dégradée ; le renforcement des limites de la forêt classée ; la réduction de la pression sur les ressources.
Outre la gestion participative de la forêt classée et du terroir adjacent, le Projet appuie les populations à développer des techniques de gestion contribuant à la capacitation des membres de l’AIV sous l’encadrement des services techniques.
En plus, la non disponibilité de l’eau par endroit et la faiblesse de la pluviométrie ne favorisent pas la plantation d’arbre. Dans ce sens, la population a opté pour la mise en défens de la régénération naturelle des jeunes pousses ainsi que l’amélioration du taux de couverture du tapis herbacé et de la flore arbustive ce qui permettra de régler en partie les graves difficultés que connaissent les éleveurs, difficultés liées aux dégradations du pâturage.

Par ailleurs, avec le concours de COMPACT des bornes et pancartes ont été mises en place pour matérialiser les limites de la forêt classée. Dans ce sens, la première phase de ce projet a eu des résultats probants dont : la mise en défens de 40 hectares ; l’organisation de 10 foras au niveau des villages périphériques de la Foret Classée de Gandon ; l’installation d’un comité de suivi et de surveillance ; l’installation de 2 panneaux en bordure sur la route nationale N°2 plus précisément à l’entrée de Rao et la sortie du village de Semel d’autre part la confection de 200 tee-shirts distribués aux membres de l’AIV et partenaire locaux du projet ; - l’amélioration du revenu de 350 femmes grâce au FAED. En effet, pour une bonne gestion du FAED les responsables du comité villageois ont procédé par une identification des groupements de femmes ; chaque groupement a reçu un prêt de 400.000 FR CFA sur une durée de 6 mois soit un taux d’intérêt de 1%. Par conséquent, le crédit revolving issu du FAED a généré un bénéfice de 1.584.737 FR CFA.

Financement
Grant Amount : GEF (SGP) : US$ 24,000.00

GEF Small Grants Programme

Page publiée le 19 juin 2017, mise à jour le 14 avril 2018