Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Projets de développement → Projets 2016 → Une étude pour développer la petite irrigation en Zambie

2016

Une étude pour développer la petite irrigation en Zambie

Zambie

Titre : Une étude pour développer la petite irrigation en Zambie

Région / Pays : Zambie

Durée : 2016 — 24 mois

Contexte
Le monde des petits exploitants agricoles zambien est très vulnérable aux impacts du réchauffement de la planète et du changement climatique. Cette situation compromet la sécurité de l’eau, la productivité des cultures et le maintien des niveaux de la croissance économique et des moyens de subsistance. L’agriculture pluviale de subsistance, largement pratiquée en Zambie, subit de plein fouet l’irrégularité des précipitations. Elle n’a guère réussi à augmenter de manière significative la productivité des cultures ou à atténuer les cycles saisonniers de la faim et de l’insécurité alimentaire

Descriptif
Importance de l’agriculture familiale. La production agricole en Zambie est dominée par les petits exploitants agricoles, même si le pays a un secteur commercial relativement fort par rapport aux autres pays de la région. Près de 600 000 petits agriculteurs assurent la plus grande partie de la production du pays en manioc, coton, mil et sorgho, ainsi que plus de 90% de son maïs. Pourtant, les systèmes de production actuels sont dans la majorité des cas très vulnérables aux fluctuations de la pluviométrie. Irrigation sous-développée. Alors que la Zambie regorge de terres arables, 14% seulement des terres propices à la production agricole sont cultivés. En outre, moins de 30% de la surface adaptée à l’irrigation a été développé. Encore plus important, la plus grande partie de la superficie irriguée en Zambie profite à de grandes entreprises agricoles commerciales, tandis que les petits exploitants agricoles n’ont pas encore bénéficié d’investissements importants dans le secteur. Paradoxe : si les grandes exploitations jouent un rôle important en termes de production globale et de création d’emplois, leur contribution directe à lutter contre la pauvreté est restée insignifiante.

Financement  : Le coût total du projet est de 1,6 million d’euros, avec une contribution de la FAE à hauteur de 1,4 M€ (87,5%), le gouvernement zambien assurant les 200 000 € restants (12,5%). Le projet sera mis en œuvre par le ministère de l’Agriculture sur une période de 24 mois.

Facilité africaine de l’eau (FAE) / African Water Facility

Page publiée le 17 juillet 2017