Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1996 → Régionalisation du bilan hydrique à l’aide de mesures satellitaires pour l’étude du fonctionnement des écosystèmes d’Afrique de l’Ouest

Université Paul Sabatier (Toulouse). (1996)

Régionalisation du bilan hydrique à l’aide de mesures satellitaires pour l’étude du fonctionnement des écosystèmes d’Afrique de l’Ouest

Amram, Olivier

Titre : Régionalisation du bilan hydrique à l’aide de mesures satellitaires pour l’étude du fonctionnement des écosystèmes d’Afrique de l’Ouest

THE REGIONALIZATION OF WATER BALANCE WITH SATELLITE DATA TO STUDY THE FUNCTIONING OF SAVANNAS IN WEST AFRICA

Auteur : Amram, Olivier

Université de soutenance : Université Paul Sabatier (Toulouse).

Grade : Doctorat : Télédétection spatiale et hydrologie : Toulouse 3 : 1996

Résumé
DANS LES REGIONS ARIDES, LE FONCTIONNEMENT DES ECOSYSTEMES TERRESTRES EST CONDITIONNE PAR LA REPARTITION SPATIO-TEMPORELLE DE LA DISPONIBILITE EN EAU. AINSI, EN AFRIQUE DE L’OUEST, LA PLUVIOMETRIE EST SOUVENT FAIBLE ET SPATIALEMENT VARIABLE, LES HAUTES TEMPERATURES DE L’AIR ET DU SOL ENTRAINENT UNE EVAPOTRANSPIRATION ELEVEE ET DE NOMBREUX SOLS ONT DES TEXTURES A FAIBLE CAPACITE DE RETENTION EN EAU. UNE BONNE CARACTERISATION FONCTIONNELLE DE LA VEGETATION DANS CES REGIONS NECESSITE ACTUELLEMENT D’AMELIORER LA MODELISATION ET LA REGIONALISATION DES DIFFERENTS FLUX HYDRIQUES : VERTICAUX ET HORIZONTAUX. POUR TESTER LA FAISABILITE DE LA REGIONALISATION DU BILAN HYDRIQUE, UN MODELE PHYSIQUE SIMPLE A ETE UTILISE : LE MODELE DE THORNTHWAITE. IL INTEGRE L’APPORT EN EAU ET LE DESSECHEMENT DU SOL SUR L’EPAISSEUR CONSIDEREE. L’EAU DISPONIBLE A ETE ESTIMEE POUR LES GRANDES FORMATIONS DE SAVANES ET COMPAREE A LA REPONSE DE LA VEGETATION A TRAVERS L’INDICE DE VEGETATION GVI DERIVE DES DONNEES SATELLITAIRES NOAA/AVHRR. ENSUITE, LE DEVELOPPEMENT D’UN MODELE OU LES FLUX VERTICAUX DANS LE SOL SONT REPRESENTES PAR LA COMMUNICATION DE RESERVOIRS SUPERPOSES ET OU L’ESTIMATION DE L’EVAPOTRANSPIRATION REELLE EST REALISEE A L’AIDE DES MESURES SATELLITAIRES, A PERMIS UNE BONNE DESCRIPTION VERTICALE DES FLUX DANS L’ECOSYSTEME. LA DESCRIPTION DE L’EAU DISPONIBLE EST COMPLETEE EN INTRODUISANT DES FLUX LATERAUX LORSQUE LES RESERVOIRS SUPERFICIELS SONT SATURES OU PLUS HUMIDES QUE DANS LE VOISINAGE. LA SORTIE DU MODELE EST COMPAREE A LA REPONSE DE LA VEGETATION A TRAVERS LE GVI ET CONDUIT A DES RESULTATS SATISFAISANTS. ENFIN, LA DESCRIPTION DES FLUX VERTICAUX EST COMPLETEE PAR L’AMELIORATION DES FLUX LATERAUX QUI SONT BIEN APPREHENDES DANS LES MODELES HYDROLOGIQUES DISTRIBUES (M.H.D). LE M.H.D. CEQUEAU A ETE CHOISI ET MODIFIE. LA RESOLUTION DU M.H.D. EST AMELIOREE, LA DETERMINATION DE LA PHYSIOGRAPHIE QUI CONDITIONNE LES FLUX DE SURFACE EST REMPLACEE PAR UNE DESCRIPTION ANALYTIQUE DE LA SURFACE PERMETTANT D’INITIALISER LE MODELE PAR DES GRANDEURS PHYSIQUES,

Mots clés : Bilan hydrologique — Afrique occidentale — Écosystèmes — Satellites artificiels en télédétection

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 3 juin 2008, mise à jour le 22 novembre 2017