Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1997 → EFFETS DE LA SECHERESSE ET DE L’OZONE SUR LE STATUT HYDRIQUE ET LA GESTION DU CARBONE CHEZ LE PIN D’ALEP (PINUS HALEPENSIS MILL.)

Institut Polytechnique de Lorraine (INPL) (1997)

EFFETS DE LA SECHERESSE ET DE L’OZONE SUR LE STATUT HYDRIQUE ET LA GESTION DU CARBONE CHEZ LE PIN D’ALEP (PINUS HALEPENSIS MILL.)

PODOR, MYRIAM

Titre : EFFETS DE LA SECHERESSE ET DE L’OZONE SUR LE STATUT HYDRIQUE ET LA GESTION DU CARBONE CHEZ LE PIN D’ALEP (PINUS HALEPENSIS MILL.)

DROUGHT AND OZONE EFFECTS ON WATER SATUS AND CARBON BUDGET WITHIN ALEPPO PINE (PINUS HALEPENSIS MILL.)

Auteur : PODOR, MYRIAM.

Université de soutenance : Institut Polytechnique de Lorraine (INPL)

Grade : Doctorat : SCIENCES BIOLOGIQUES FONDAMENTALES ET APPLIQUEES, PSYCHOLOGIE : Vandoeuvre-les-Nancy, INPL : 1997

Résulmé
Le pin d’Alep, espèce méditerranéenne, est naturellement adapté à la sécheresse, ce qui lui confère un grand intérêt écologique. Cependant, depuis le début des années 80, un dépérissement est observé, principalement du à l’ozone. Notre travail, s’inscrivant dans un programme financé par la CEE, a pour but de caractériser les effets de la sécheresse et de l’ozone sur le statut hydrique et la gestion du carbone chez le pin d’Alep. Les expérimentations sont réalisées en conditions contrôlées sur des pins âgés de trois ans. Le statut hydrique est suivi par la mesure de l’état hydrique de l’arbre et des flux d’eau sol/plante/atmosphère. La gestion du carbone est appréhendée par des mesures d’assimilation nette de CO2, de répartition du carbone dans la plante, de respiration des compartiments aérien et souterrain et de la rhizodéposition. L’arbre se montre tolérant par rapport à la sécheresse : il maintient une activité physiologique même à des niveaux de contrainte élevés. Par contre, lorsqu’il est soumis à l’ozone, le pin d’Alep se déshydrate et le transfert de carbone vers les racines est déprécié. Enfin, la combinaison des deux facteurs provoque une sensibilité accrue de l’arbre à un épisode de sécheresse. En conclusion, nos travaux démontrent que l’ozone conduit naturellement à un dépérissement du pin d’Alep en augmentant sa sensibilité à la sécheresse.

Mots clés : SECHERESSE/ OZONE/FX/ BILAN EAU/ CYCLE CARBONE/ PINUS HALEPENSIS /NS/VEGETATION MEDITERRANEENNE / DEPERISSEMENT FORET/ POLLUTION AIR/RESPIRATION/ ECHANGE GAZEUX/TOLERANCE/ RESISTANCE SECHERESSE/ SYNERGIE/RELATION SOL PLANTE ATMOSPHERE/CD

Annonce

Page publiée le 4 juin 2008, mise à jour le 15 juillet 2017