Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1996 → ECOPHYSIOLOGIE COMPAREE DE PLANTS DE CHENE PEDONCULE (QUERCUS ROBUR L.) ET DE CHENE SESSILE (QUERCUS PETRAEA (MATT.) LIEBL.) SOUMIS A DEUX CONTRAINTES RACINAIRES SUCCESSIVES : HYPOXIE ET SECHERESSE. APPLICATION A LA MISE EN VALEUR FORESTIERE DES PELOSOL-PSEUDOGLEYS

Université de Nancy 1 (1996)

ECOPHYSIOLOGIE COMPAREE DE PLANTS DE CHENE PEDONCULE (QUERCUS ROBUR L.) ET DE CHENE SESSILE (QUERCUS PETRAEA (MATT.) LIEBL.) SOUMIS A DEUX CONTRAINTES RACINAIRES SUCCESSIVES : HYPOXIE ET SECHERESSE. APPLICATION A LA MISE EN VALEUR FORESTIERE DES PELOSOL-PSEUDOGLEYS

WAGNER, PIERRE ANDRE

Titre : ECOPHYSIOLOGIE COMPAREE DE PLANTS DE CHENE PEDONCULE (QUERCUS ROBUR L.) ET DE CHENE SESSILE (QUERCUS PETRAEA (MATT.) LIEBL.) SOUMIS A DEUX CONTRAINTES RACINAIRES SUCCESSIVES : HYPOXIE ET SECHERESSE. APPLICATION A LA MISE EN VALEUR FORESTIERE DES PELOSOL-PSEUDOGLEYS

COMPARED ECOPHYSIOLOGY OF PEDUNCULATE OAK (QUERCUS ROBUR L.) AND SESSILE OAK (QUERCUS PETRAEA (MATT.) LIEBL.) SUBMITTED TO TWO SUCCESSIVE ROOT STRESSES : HYPOXIA AND DROUGHT. SILVICULTURAL APPLICATION : VALORISATION OF PELOSOL-PSEUDOGLEYS

Auteur : WAGNER, PIERRE ANDRE.

Université de soutenance : Nancy 1

Grade : Doctorat : SCIENCES BIOLOGIQUES FONDAMENTALES ET APPLIQUEES, PSYCHOLOGIE : Nancy 1 : 1996

Résumé
L’objectif de ce travail était de comparer la réaction de jeunes plants de chêne sessile (Quercus petraea) et de chêne pédonculé (Quercus robur) à deux contraintes successives : un ennoyage du sol par une nappe temporaire (provoquant une hypoxie - ou manque d’oxygène - pour les racines), suivi par la sécheresse. Une plantation expérimentale a été réalisée en conditions naturelles sur pelosol-pseudogley, type de sol fréquent dans l’est de la France et sur lequel hypoxie et sécheresse sont particulièrement intenses. En pente (6% et plus), l’hypoxie a été atténuée et la sécheresse accentuée : le comportement du chêne sessile en terme de mortalité et d’accroissement en hauteur et diamètre a alors été légèrement meilleur que celui du chêne pédonculé. En bas de pente, l’hypoxie a été accentuée et la sécheresse atténuée : c’est alors le contraire qui a été observe, très significativement en faveur du chêne pédonculé. Dans un deuxième temps, les plants des deux espèces ont été soumis aux deux contraintes successives à des intensités contrôlées en cuves lysimétriques. D’après les résultats d’accroissement en hauteur et diamètre, la sécheresse précédée d’une hypoxie a affecté beaucoup plus fortement le chêne sessile que le chêne pédonculé, alors que le contraire a été obtenu lors d’une sécheresse sans hypoxie préalable. Le système racinaire a été beaucoup plus dégradé par l’hypoxie chez le sessile que chez le pédonculé, ce qui expliquerait ce comportement relatif des deux espèces. Dans un troisième temps, nous avons comparé l’influence de l’intensité lumineuse sur la réponse à l’hypoxie. A forte intensité lumineuse, la croissance aérienne et les échanges gazeux sont de plus en plus affectés par l’hypoxie chez le chêne pédonculé, puis chez le chêne sessile et enfin chez le chêne rouge (Quercus rubra), espèce la plus sensible. De même, l’appareil photosynthétique n’a été affecte de façon irréversible par l’hypoxie que chez le chêne rouge

Mots clés : QUERCUS ROBUR - QUERCUS PETRAEA - COMPARAISON INTERSPECIFIQUE - RELATION SOL PLANTE - PLANT VEGETAL - RACINE - EXCES EAU - HYPOXIE - DEFICIT HYDRIQUE - REACTION SUCCESSIVE - ECOPHYSIOLOGIE - ETUDE EN CONDITION NATURELLE - SOL FORESTIER - PELOSOL - PSEUDOGLEY - ETUDE EN CONDITION CONTROLEE - LYSIMETRIE - FACTEUR PHOTIQUE - CROISSANCE - ECHANGE GAZEUX - LORRAINE

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 4 juin 2008, mise à jour le 18 juin 2018