Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1998 → ROLE DE L’OCCUPATION DES SOLS SUR LE PEUPLEMENT ACRIDIEN DE LA REGION DE BANIZOUMBOU (NIAMEY, NIGER)

Université de Paris 11 (1998)

ROLE DE L’OCCUPATION DES SOLS SUR LE PEUPLEMENT ACRIDIEN DE LA REGION DE BANIZOUMBOU (NIAMEY, NIGER)

GARBA, YAHAYA

Titre : ROLE DE L’OCCUPATION DES SOLS SUR LE PEUPLEMENT ACRIDIEN DE LA REGION DE BANIZOUMBOU (NIAMEY, NIGER)

ROLE OF SOILS OCCUPATION ON THE ACRIDIAN POPULATING BANIZOUMBOU AREA (NIAMEY, NIGER)

Auteur : GARBA, YAHAYA.

Université de soutenance : Université Paris 11

Grade : Doctorat : SCIENCES BIOLOGIQUES FONDAMENTALES ET APPLIQUEES, PSYCHOLOGIE : Paris 11 : 1998

Résumé
CETTE ETUDE MENEE EN REGION SAHELO-SOUDANIENNE MET EN EVIDENCE LES FLUCTUATIONS SPATIO-TEMPORELLES DES POPULATIONS ACRIDIENNES EN FONCTION DE L’OCCUPATION DU SOL SUR SIX FACIES DIFFERENTS DU SITE DE BANIZOUMBOU (NIGER). SUR LES 14 BIOTOPES PROSPECTES, LE PEUPLEMENT ACRIDIEN COMPTE 59 ESPECES. LE BIOTOPE LE PLUS DIVERSIFIE EST CELUI D’UNE JACHERE A ANDROPOGON GAYANUS (JACHERE MATURE). LES MILIEUX DU CORDON DUNAIRE A BIOMASSE VEGETALE RELATIVEMENT ELEVEE HEBERGEMENT DES POPULATIONS ACRIDIENNES PROSPERES MAIS PEU DIVERSIFIEES. LES CARACTERISTIQUES INVERSES SONT OBSERVEES DANS LA BROUSSE TIGREE QUI HEBERGENT DANS LES BANDES DENUDEES DES POPULATIONS ACRIDIENNES DIVERSIFIEES MAIS PEU ABONDANTES. LES CYCLES BIOLOGIQUES CONCERNENT A 51% DES ESPECES POLYVOLTINES, A 31% DES ESPECES MONOVOLTINES A DIAPAUSE IMAGINALE ET A 18% DES ESPECES MONOVOLTINES A DIAPAUSE EMBRYONNAIRE. CHEZ CERTAINES ESPECES, LE CYCLE BIOLOGIQUE SEMBLE ETRE MODULE EN FONCTION DES OPPORTUNITES QU’OFFRE LE MILIEU : C’EST LE CAS DE TYLOTROPIDUS GRACILIPES QUI PRESENTE DEUX GENERATIONS ANNUELLES AVEC QUIESCENCE IMAGINALE POUR LES ECLOSIONS TARDIVES ET QUIESCENCE EMBRYONNAIRE EN SAISON DEFAVORABLE. L’ANALYSE SAISONNIERE DE LA PRESENCE DES OOTHEQUES REVELE LEUR RELATIVE CONSTANCE TOUT AU LONG DE L’ANNEE. LEUR DISTRIBUTION EN FONCTION DE L’ENCROUTEMENT SUPERFICIEL DU SOL ET DE SA COMPACITE A MONTRE QUE LES SOLS FERMES SONT LES PLUS RICHES EN OOTHEQUES. DES EXPERIMENTATIONS ONT CONFIRME SUR PLUSIEURS ESPECES QUE LES FEMELLES EVITENT DE PONDRE DANS DES SOLS REMANIES. LES TAUX DE DESTRUCTION DES OOTHEQUES PAR LES PREDATEURS ET LES PARASITOIDES SONT PLUS IMPORTANTS EN SAISON PLUVIEUSE POUR LES SCELIONIDES (26%) ET LES MELOIDES (14%) QU’EN SAISON SECHE (TAUX D’INFESTATION RESPECTIFS DE 9% ET 5%). L’ABONDANCE DES BOMBYLIIDES EST INDEPENDANTE DES SAISONS (22% ET 23% RESPECTIVEMENT EN SAISON PLUVIEUSE ET EN SAISON SECHE).

Mots clés : OCCUPATION SOL - BIOTOPE - JACHERE - DEPREDATEUR - DENSITE POPULATION - CYCLE DEVELOPPEMENT - OOTHEQUE - SITE REPRODUCTION - PREDATEUR - FACTEUR EDAPHIQUE - FACTEUR MILIEU - ACRIDIDAE - VARIATION SPATIALE - VARIATION SAISONNIERE - NIGER - SAHEL - ZONE TROPICALE LAND USE - BIOTOPE - FALLOW - PEST - POPULATION DENSITY - LIFE CYCLE - OOTHECA - BREEDING SITE - PREDATOR - EDAPHIC FACTOR - ENVIRONMENTAL FACTOR - ACRIDIDAE - SPATIAL VARIATION - SEASONAL VARIATION - NIGER - SAHEL - TROPICAL ZONE

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 5 juin 2008, mise à jour le 29 juillet 2017