Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1997 → AGRICULTEURS ET TECHNICIENS FACE AUX AMENAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES CONTRIBUTION A L’ETUDE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE D’UN CONFLIT DE RATIONALITES. LES GROUPEMENTS D’ATTRIBUTAIRES DE LA REFORME AGRAIRE ET L’OFFICE DU GHARB-MAROC (1960-1995)

Université de Tours (1997)

AGRICULTEURS ET TECHNICIENS FACE AUX AMENAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES CONTRIBUTION A L’ETUDE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE D’UN CONFLIT DE RATIONALITES. LES GROUPEMENTS D’ATTRIBUTAIRES DE LA REFORME AGRAIRE ET L’OFFICE DU GHARB-MAROC (1960-1995)

DARDOUR, MOHAMED

Titre : AGRICULTEURS ET TECHNICIENS FACE AUX AMENAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES CONTRIBUTION A L’ETUDE SOCIO-ANTHROPOLOGIQUE D’UN CONFLIT DE RATIONALITES. LES GROUPEMENTS D’ATTRIBUTAIRES DE LA REFORME AGRAIRE ET L’OFFICE DU GHARB-MAROC (1960-1995)

Auteur : DARDOUR, MOHAMED.

Université de soutenance : Université de Tours

Grade : Doctorat : SOCIOLOGIE : Tours : 1997

Résumé
Les aménagements hydro-agricoles ont pris dans la seconde moitié de ce siècle une importance considérable dans les projets et actions de développement au plan international, et notamment dans les pays du Tiers-Monde. Ceux-ci se sont traduits par une extension significative, puisque les superficies concernées ont plus que doublé, passant de 106 millions d’ha dans les années 50 à environ 273 millions d’ha fin 1990. La performance de cet outil de production sophistiqué et son efficience ne paraissent pas, cependant, à la hauteur des moyens techniques mobilisés et surtout des efforts financiers importants engagés dans ces opérations. Celles-ci sont en deçà des espoirs mis dans cette technologie et des objectifs de ses promoteurs, qu’ils soient nationaux ou internationaux. Ces énormes infrastructures d’irrigation connaissent, en effet, des difficultés dans leur fonctionnement, en l’occurrence, celles ayant trait à leur maintenance par les populations bénéficiaires et de leur pérennisation. En fait, l’extension physique de ces aménagements ne s’accompagne pas de leur maitrise sociale. Or, ces difficultés et problèmes risqueraient non seulement de persister mais sans doute de se renforcer et se multiplier avec l’extension de nouvelles superficies : près d’ 1 milliard d’ha dans le monde sont susceptibles d’être irrigués. Le Maroc est, à cet égard, représentatif de la situation au plan mondial. Il connait, hélas, des difficultés et problèmes similaires. Les décideurs et planificateurs découvrent, avec l’expérience de l’action quotidienne, l’importance des problèmes induits par le million d’ha irrigues qu’ils se sont fixés comme premier objectif. Ces derniers se sont même donnés un deuxième objectif, encore plus important, puisqu’ils ambitionnent de réaliser l’aménagement et l’équipement de 6 millions d’ha nouveaux. Ces problèmes apparemment techniques (détérioration prématurée des réseaux et des équipements, efficience limitée de l’irrigation, leur maitrise sociale inexistante), à travers l’aménagement du grand bassin du fleuve Sebou, est un cas concret. Il illustre l’importance de ces problèmes et, donc, de l’état des relations entre ces deux partenaires obligés : les paysanneries bénéficiaires d’une part, l’office du développement et ses agents, d’autre part. De là aussi, l’intérêt que les sociologues étudient ces situations et ces rapports.

Mots clés : MAROC — CONDITIONS RURALES — SOCIOLOGIE RURALE — TECHNIQUES AGRICOLES — ASPECT SOCIAL — CULTURES IRRIGUEES

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 5 juin 2008, mise à jour le 13 juillet 2017