Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2016 → Reforester les tropiques semi-arides ? : Enjeux, contraintes et opportunités climatiques dans la perspective du changement global

Université Paris-Saclay (2016)

Reforester les tropiques semi-arides ? : Enjeux, contraintes et opportunités climatiques dans la perspective du changement global

Rajaud, Amélie

Titre : Reforester les tropiques semi-arides ? : Enjeux, contraintes et opportunités climatiques dans la perspective du changement global

Reforesting semi-arid tropics ? : Objectives, constraints and climatic opportunities in the context of global change.

Auteur : Rajaud, Amélie

Université de soutenance : Université Paris-Saclay

Grade : Doctorat 2016

Résumé
De nombreux projets de protection et de reforestation sont mis en place à l’échelle internationale pour enrayer la déforestation croissante. L’objectif de ce travail de thèse est de mieux caractériser les contraintes et les opportunités de projets de reboisement, pour les régions tropicales semi-arides, particulièrement vulnérables, dans le contexte duchangement climatique global. La revue de littérature (chapitre 1) confirme que les projets de reforestation ayant vocation à atténuer le réchauffement climatique ont plus de chances de réussite sous les latitudes tropicales, où les différents effets de la végétation sur le climat convergent dans ce sens. Entreprise pour satisfaire divers services écosystémiques, la reforestation dans les zones tropicales semi-arides est ainsi porteuse d’effets bénéfiques tant globalement que localement. Cependant, dans ce contexte très limité en eau, l’implantation d’un couvert arboré trop dense pourrait avoir des effets opposés à ceux recherchés à long terme. Dans le chapitre 2, une approche « bioclimatique » est appliquée à un ensemble multi-modèle de projections, pour suivre l’évolution du domaine tropicalsemi-aride global sous l’effet de plusieurs scénarios (RCP) de changement climatique. Ce domaine se maintient en majeure partie dans les conditions futures. Une certaine proportion évolue toutefois vers des conditions soit plus arides (jusqu’à +25% du domaine global) soit plus humides (jusqu’à 11%). Malgré cela, le domaine étudié s’accroît entre ledébut et la fin du 21e siècle, jusqu’à 13% en moyenne (RCP 8.5). Ceci résulte d’un élargissement progressif en-dehors de la ceinture tropicale, corrélé avec le réchauffement global, et cohérent avec l’hypothèse d’un élargissement de la circulation de Hadley. La méthodologie proposée au chapitre 3 a pour objectif d’analyser les implications de cetteévolution sur le potentiel climatique de maintien d’un couvert arboré. L’utilisation d’un modèle global de végétation (ORCHIDEE, développé à l’IPSL) pour simuler ce potentiel permet de prendre en compte de manière mécaniste les facteurs climatiques de la croissance des plantes. Une typologie des profils de résultats délimite des sous-régionscaractérisées chacune par une relation distincte du développement des arbres à la densité du couvert. Les cinq "régimes" de la typologie sont ainsi classés du plus défavorable (régime 1) au plus favorable (régime 5). L’expérience de référence est réalisée à partir de données d’observation (CRU). Le régime 1, caractérisé par l’absence de maintiend’un couvert pour les plus hautes densités arborées, occupe près de la moitié du domaine étudié. Le second régime le plus représenté est le régime 4 (28% du domaine). Plus favorable, il est défini par un développement des arbres élevé, sans être maximal, pour toutes les densités arborées. Le potentiel arboré de chaque régime est caractérisé par sonoptimum : fraction arborée réalisant le meilleur compromis entre productivité du peuplement et développement des arbres. L’application de cette méthodologie à des projections climatiques futures, pour le RCP 8.5, fait l’objet du chapitre 4. Le modèle ORCHIDEE est forcé avec des sorties de modèles de climat, pour le début et la fin du 21esiècle. A la fin du siècle, le régime 1 ne représente plus que 25% du domaine total, en moyenne, tandis que le régime 4 devient prépondérant (49% du domaine). La stabilité du potentiel arboré intrinsèque à chaque régime permet d’interpréter une évolution vers un régime plus ou moins favorable comme une augmentation ou une diminution de cepotentiel. Or celui ne subit pas la diminution générale que l’augmentation de l’aridité laissait présager. Une expérience complémentaire montre que la raison en tient principalement à l’effet de fertilisation du CO2 atmosphérique. L’interprétation de ces résultats montre ainsi que les zones du domaine tropical semi-aride dans lesquelles unereforestation serait à déconseiller sont assez peu étendues.

Mots Clés : Semi-aride Tropiques Changement climatique Reforestation Modélisation Semi-arid Tropics Climate change Reforestation Modeling

Présentation (Archives Ouvertes)

Version intégrale (34,88 Mb)

Page publiée le 20 novembre 2017