Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Canada → Alphabetisation reussie : Les representations des femmes rurales neo-alphabetes du Burkina-Faso

Universite de Montreal (1998)

Alphabetisation reussie : Les representations des femmes rurales neo-alphabetes du Burkina-Faso

Ariste-Sanou, Clemence

Titre : Alphabetisation reussie : Les representations des femmes rurales neo-alphabetes du Burkina-Faso

Auteur : Ariste-Sanou, Clemence

Etablissement de soutenance : Universite de Montreal

Grade : Doctor of Philosophy (PhD) 1998

Résumé
Cette thèse a pour objectif d’étudier les représentations qu’ont les femmes rurales néo-alphabètes du Burkina-Faso de la réussite en alphabétisation. Elle analyse les perceptions qu’ont des femmes rurales néo-alphabètes de trois villages burkinabè (Bagrin, Tanlarogo et Nongstenga) situés au centre du pays sur la réussite en alphabétisation. La méthodologie de recherche s’inscrit dans un paradigme qualitatif, privilégiant une démarche exploratoire. Des recherches, conduites en contexte nord-américain, européen et africain sur le thème de la réussite en alphabétisation et/ou de la perception du changement selon les apprenants, ont inspiré l’élaboration d’un cadre de référence. Quatre catégories et seize sous-catégories forment ce cadre de référence. L’entretien semi-structuré a été utilisé pour recueillir les données auprès d’un échantillon de seize femmes. L’analyse de contenu a servi à traiter l’information. L’interprétation des résultats s’est basée sur des arguments d’ordre social, culturel et sur notre connaissance du milieu. Cette interprétation a permis de savoir que, selon les néo-alphabètes, la réussite signifie dans un premier temps, au plan objectif, l’acquisition de compétences de base en langue maternelle et leur utilisation, celle de connaissances en hygiène et nutrition, l’augmentation de revenus, la possibilité de mener des activités rémunératrices, l’obtention d’un emploi rémunéré, l’amélioration des conditions de vie et l’amélioration de la participation à la vie associative et civique. Au plan subjectif, il s’agit de l’acquisition de l’autonomie, de la confiance en soi, de l’ouverture d’esprit, de l’amélioration de l’image et de l’estime de soi, de l’intérêt pour la formation permanente. L’amélioration des relations familiales et sociales, la satisfaction par rapport au processus d’alphabétisation et aux acquis matériels qui lui sont rattachés, sont également des résultats relevant du subjectif. Les résultats laissent, par conséquent, entrevoir que la réussite en alphabétisation relève aussi bien du domaine cognitif, socio-économique, qu’affectif. Dans les pays en développement, la dimension développement de la personnalité est souvent mise sous le boisseau ou très peu prise en compte dans la mise sur pied des programmes au profit d’objectifs économiques. Les résultats de cette recherche invitent à considérer l’ensemble de ces aspects dans l’élaboration des objectifs en alphabétisation. Somme toute, ces résultats positifs, perçus par les néo-alphabètes n’occultent pas les nombreux problèmes comme l’insuffisance des connaissances, leur oubli, ou l’absence de débouchés sur l’insertion socioprofessionnelle. À n’en pas douter, il y a là une nécessité de prise en compte des besoins des analphabètes, l’urgence d’une reconnaissance officielle par les services publiques et la mise sur pied de programmes de postalphabétisation efficaces et adaptés aux utilisateurs.

Présentation (Amicus)

Version intégrale

Page publiée le 18 septembre 2017, mise à jour le 8 février 2018