Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 1996 → POLITIQUE AGRICOLE ET GESTION DU MARCHE LOCAL : LE CAS DES CEREALES EN ALGERIE

Université de Toulouse 1 (1996)

POLITIQUE AGRICOLE ET GESTION DU MARCHE LOCAL : LE CAS DES CEREALES EN ALGERIE

FRAHI, SAID

Titre : POLITIQUE AGRICOLE ET GESTION DU MARCHE LOCAL : LE CAS DES CEREALES EN ALGERIE

AGRICULTURAL POLICY AND MANAGEMENT OF THE LOCAL MARKET : THE CASE OF CEREALS IN ALGERIA

Auteur : FRAHI, SAID

Université de soutenance : Toulouse 1

Grade : Doctorat : Sciences économiques : Toulouse 1 : 1996

Résumé
Pendant longtemps, les insuffisances de la politique agricole en général et le blocage de la production céréalière en particulier ont été analysés comme ayant résulté de la priorité donnée à l’industrie par la stratégie de développement. Sans occulter les interrelations étroites entre les deux secteurs, le présent travail est centré sur les facteurs de blocage liés à la conception de la politique agricole - préjugés techniques, aspects institutionnels, politiques des prix - et les compromis sociaux que l’état a mis en œuvre pour assurer le fonctionnement de la production céréalière. Les gouvernements successifs, jusqu’à 1987, ont été guidés par l’idée de réserves importantes de productivité des sols que l’application des techniques "modernes" permettrait de mobiliser. Cette conception a favorisé l’adoption de structures agraires "modernes", privilégiant les grandes exploitations étatiques et les organismes étatiques autour de la production. Elle explique aussi, en partie, la politique des prix à la production, conçue pour contraindre les producteurs à mobiliser les réserves supposées de fertilité. Enfin, le monopole étatique sur le commerce extérieur a été censé offrir une protection contre les importations, grâce à la fixation de prix à la production supérieurs aux prix nominaux à l’importation et à la consommation. Ces idées ont persisté dans la politique agricole malgré leur incapacité à impulser l’intensification. Leur conséquence sur les revenus agricoles a comporté un risque de réduction de la production locale. Son maintien s’explique par les compromis sociaux que les gouvernements ont effectué avec les producteurs et qui ont permis à ces derniers de profiter d’avantage de la redistribution de la rente pétrolière. La libéralisation économique entreprise depuis la fin des années 80 dans les structures d’exploitation et l’organisation des marchés peut-elle améliorer la situation ? Les premiers résultats et l’analyse des politiques d’ajustement agricole entreprises au Maroc et en Tunisie depuis une dizaine d’années ne présagent pas de grandes améliorations.

Mots clés : ECONOMIE RURALE — ALGERIE — MAHGREB — POLITIQUE AGRICOLE — CEREALES

Présentation (SUDOC-ABES)

Page publiée le 5 juin 2008, mise à jour le 18 janvier 2017