Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Algérie → Magister → 2016 → Impact du barrage de Foum El Gherza sur le développement de l’agriculture en irrigué dans le périmètre de Sidi Okba (Biskra)

Université Mohamed Khider Biskra (2016)

Impact du barrage de Foum El Gherza sur le développement de l’agriculture en irrigué dans le périmètre de Sidi Okba (Biskra)

Labdi, Narimane

Titre : Impact du barrage de Foum El Gherza sur le développement de l’agriculture en irrigué dans le périmètre de Sidi Okba (Biskra)

Auteur : Labdi, Narimane

Université de soutenance : Université Mohamed Khider Biskra

Grade : Magister en sciences agronomiques 2016

Résumé
Les régions arides à semi-arides en Algérie se caractérisent par la rareté des ressources en eau et par une variabilité accentuée du climat dans l’espace et dans le temps. La retenue du barrage de Foum El Gherza, près de Biskra, pose souvent des questions sur la quantité d’eau disponible et sa variabilité saisonnière, sur la durée de vie de l’aménagement ainsi que sur l’efficacité de l’ouvrage pour l’irrigation. En effet, à partir des années 1990, l’offre du barrage Foum el Gherza sur oued Abiod pour irriguer ce périmètre a fortement diminué sous l’effet conjugué de l’envasement, des sécheresses répétées et d’un accroissement des besoins en eau liés à l’agriculture. L’étude basée sur l’analyse des données d’exploitation du barrage de plus de 50 ans a permis de connaître l’évolution des volumes d’irrigations destinés à développer la phoeniciculture dans la région de Sidi Okba. Confronté aux aléas climatiques et aux fortes traditions sociales ancrées dans le milieu paysan, les oasis de Sidi Okba n’ont pas changé et ont conservé leur aspect traditionnel, probablement à cause de la salinité qui est restée une contrainte majeure jusqu’à nos jours, à l’exception de quelques palmeraies qui ont connu une légère extension. L’étude a montré des dysfonctionnements dans l’exploitation des eaux du barrage pour l’irrigation. On a pu relever le caractère indiscutable de l’augmentation des superficies en particulier durant les deux dernières décennies. La confrontation entre l’évolution du nombre de palmiers avec les volumes d’irrigation, montre les difficultés de mise en valeur et d’extension du périmètre de Sidi Okba ainsi que la gestion des eaux du barrage

Mots clés : Impact - Barrage de Foum El Gherza - Irrigation - Développement agricole - palmeraies de Sidi Okba - Biskra

Présentation

Version intégrale (7 Mb)

Page publiée le 6 septembre 2017