Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Algérie → 2017 → Problématique de la mobilisation des eaux superficielles et son impact sur le développement durable dans le bassin du Cheliff en amont de Boughzoul

Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB) 2017

Problématique de la mobilisation des eaux superficielles et son impact sur le développement durable dans le bassin du Cheliff en amont de Boughzoul

Chellali, Rachid

Titre : Problématique de la mobilisation des eaux superficielles et son impact sur le développement durable dans le bassin du Cheliff en amont de Boughzoul

Auteur : Chellali, Rachid

Université de soutenance : Université des sciences et de la technologie Houari Boumediène (USTHB)

Grade : Doctorat 2017

Résumé
Le déclin des potentialités hydriques dans le sous bassin du Cheliff en amont de Boughzoul n’est pas seulement attribué au climat. En effet, le transport solide exprimé par un taux de dégradation spécifique de 29 t/km2.an, constitue une entrave majeure à la mobilisation des eaux superficielles. Les rejets d’effluents urbains peu ou non traités en amont des barrages affectent également par leur charge polluante la qualité des eaux mobilisées. Selon les directives de la FAO (1985), Riverside (1954) et OMS (1989), les eaux des barrages de Dahmouni et Bougara présentent une restriction légère à modérée pour leur utilisation en irrigation. Ces eaux occupent la classe d’aptitude (C3S2) dans la classification Riverside (1954). Les recommandations de l’OMS (1989), émettent des réserves quant à leur utilisation en irrigation à cause de leur charge en coliformes fécaux. Sur le plan hydrochimique un faciès sulfaté sodique caractérise les eaux des deux barrages, ceci est du à la dissolution des sols salins, formés essentiellement de roches évaporitiques triasiques

Mots clés : Barrages Eaux de surface Irrigation Chlef Hydrogéologie

Présentation (DSpace)

Page publiée le 27 septembre 2017