Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Canada → La coopération sous-régionale et la gestion durable des eaux du lac Tchad

Université de Montréal (2005)

La coopération sous-régionale et la gestion durable des eaux du lac Tchad

Moustapha Abakar, Malloumi

Titre : La coopération sous-régionale et la gestion durable des eaux du lac Tchad

Auteur : Moustapha Abakar, Malloumi

Université de soutenance : Université de Montréal

Grade : Maîtrise en études internationales 2005

Résumé
Soucieux de la réduction des eaux du lac Tchad, les quatre pays co-riverains, le Cameroun, le Niger, le Nigeria et le Tchad, ont mis en place en 1964 un organisme sous-régional (la CBLT) pour veiller à l’utilisation rationnelle des eaux du Lac. L’organe ainsi créé dispose par la même occasion d’un champ d’opération dénommé le Bassin du Lac Tchad, qui est la somme des portions territoriales des États concernés. Cette dynamique régionale est supposée être en phase avec « l’approche intégrée », la nouvelle philosophie de gestion de l’eau. Force est, cependant, de relever un paradoxe qui caractérise la démarche de ces quatre pays fondateurs. D’une part, ils confient la gestion du Bassin à la CBLT, formellement dotée de compétences dévolues à une organisation chargée de mener des politiques d’intégration régionale. D’autre part, cependant, ils lui dénient presque toute compétence sur ce même territoire. Dans ces conditions, toute politique ou toute stratégie de gestion des eaux du lac Tchad ne serait-elle pas subordonnée des politiques des États, toujours prêts à brandir leur souveraineté lorsque les intérêts nationaux sont enjeu ? Dans ce travail, nous montrons pourquoi et comment il est difficile de s’attendre à une coordination efficace à l’échelle régionale de toutes les institutions impliquées dans le secteur de ressources hydriques, coordination cruciale selon l’approche intégrée supposément suivie par les pays. Cette faiblesse institutionnelle constituerait une des sources importantes handicapant le respect des autres critères de base de l’approche de gestion intégrée à savoir la protection de l’environnement, l’implication des collectivités locales à la prise de décision ainsi que la gestion de la demande (traitée dans notre travail sous l’angle du cadre réglementant les activités susceptibles de réduire la quantité ou la qualité des eaux du Lac et de ses cours d’eau).

Mots clés : Bassin, Cameroun, CBLT, Eau, Gestion Intégrée, Lac Tchad, Niger, Nigeria, Riverain, Souveraineté, Tchad.

Présentation

Version intégrale (4,52 Mb)

Page publiée le 16 septembre 2017