Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Belgique → L’arbre dans la mise en valeur de la plaine alluviale du Sénégal

Université Libre de Bruxelles (1994)

L’arbre dans la mise en valeur de la plaine alluviale du Sénégal

Camara, Amadou M. 

Titre : L’arbre dans la mise en valeur de la plaine alluviale du Sénégal

Auteur : Camara, Amadou M. 

Université de soutenance : Université Libre de Bruxelles

Grade : Doctorat en Sciences 1994

Descriptif
Le travail comprend six chapitres traitant chacun un des thèmes du sujet selon une méthodologie spécifique. Le chapitre I tente de repérer les points d’ancrage de l’arbre dans le tissu socio-économique et dans le patrimoine culturel de la sous-région. Il éclairé et justifie le sujet en même temps qu’il annonce les autres parties. Le second chapitre étudie autour du gonakier (Acacia nilotica var. tomentosa) la végétation de la vallée dans ses aspects systématiques et écologiques ainsi que dans son rapport dynamique aux conditions stationnelles sous-jacentes ou adjacentes. Le chapitre III, essaie, dans une approche prospective, d’anticiper le devenir de l’arbre à travers les divers scénarios d’aménagement de l’espace dont les barrages et leurs modalités d’utilisation forment la poutre principale. En attendant et peut-être en prévision des effets présumés de la modulation des crues et de l’extension de la culture irriguée, des mesures conservatoires sont prises, à travers des projets spécialisés, pour faire face au péril qui menace les formations forestières devant la persistance de la péjoration des conditionsclimatiques et l’intensification des facteurs anthropogènes. Le chapitre IV étudie la portée et les limites de ces mesures. Le cinquième chapitre se propose d’identifier, de décrire et d’évaluer les premières actions de remédiation aux déchirures du manteau végétal naturel par l’introduction d’essences exotiques dans les aménagements hydo-agricoles. Le chapitre VI évoque les dimensions botanique et juridique que la production d’un nouvel espace à travers le choix des espèces et le statut de l’arbre dans la vallée du Sénégal. Il constate la collision en la matière entre le droit spatial traditionnel et les lois domaniales héritées du droit positif de type napoléonien pour en étudier les conséquences actuelles et prévisibles sur les choix politiques et techniques de restauration du milieu. La conclusion tire les enseignements et dégage des perspectives en rapport avec les deux objectifs généraux de la recherche : * la participation à l’élaboration d’une approche cohérente du développement à partir d’une vision relativement profonde et globale de l’espace géographique ciblé. * la contribution à la production d’outils théoriques en vue de mieux fixer l’objet d’étude et d’affiner les méthodes de la science géographique. Les différentes parties apparaîtront volontairement redondantes sur certains de leurs traits. Ce procédé traduit un choix didactique dans l’exposé des principaux résultats de la recherche. En effet, presque systématiquement, chaque chapitre reprend, précise et approfondit un ou plusieurs aspects abordés dans le (ou les) précédent(s) sous l’éclairage des éléments nouveaux apparus dans l’étude du thème auquel il est consacré. Il s’agit sans doute là d’emboîtements indispensables à la cohérence du texte et à l’intelligibilité du propos.

Présentation

Version intégrale (Tome 1) 20,9 Mb

Version intégrale (Tome 2) 23 Mb

Page publiée le 13 décembre 2017