Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Belgique → Biochar effects on soil physicochemical properties and on maize yields (Zea mays L.) in tropical soils of Burkina Faso

Université de Liège (2017)

Biochar effects on soil physicochemical properties and on maize yields (Zea mays L.) in tropical soils of Burkina Faso

Burgeon, Victor

Titre : Biochar effects on soil physicochemical properties and on maize yields (Zea mays L.) in tropical soils of Burkina Faso

Biochar, ses effets sur les propriétés physicochimiques du sol et sur le rendement de mais (Zea mays L.) dans les sols tropicaux du Burkina Faso

Auteur : Burgeon, Victor

Université de soutenance : Université de Liège

Grade : Master en bioingénieur : sciences et technologies de l’environnement 2017

Résumé
Le biochar est un produit riche en carbone obtenu lors de la pyrolyse de biomasse végétale et utilisé dans les sols comme amendement. Les sols tropicaux étant connus pour être hautement altérés, l’utilisation de biochar y a le plus haut potentiel d’amélioration de leur fertilité. Dans cette étude nous visons à combler le manque de données sur l’application du biochar in situ. Pour ce faire, nous mettons en œuvre des essais sur un champ de maïs (Zea mays L.) à Koumbia dans la province de Tuy, Burkina Faso et étudions les effets du biochar fait à partir de résidus de coton. La quantité de biochar appliquée (0 t.ha-1, 10 t.ha-1, 30 t.ha-1) et sa combinaison avec différentes quantités conventionnelles de fertilisants (0 kg.ha-1, 100 kg.ha-1, 150 kg.ha-1) ont été étudiées. On observe que, suite à l’application de biochar, la quantité de phosphore (P) et de potassium (K) biodisponibles, les valeurs de pH et la concentration en carbone organique du sol augmentent. En parallèle, on remarque un accroissement significatif de la concentration en P dans les tissus végétaux. Les résultats montrent également une augmentation en biomasse aérienne, mais aucune variation significative en termes de rendement en grains. On peut donc en conclure que le biochar pourrait permettre une diminution des besoins en fertilisants ce qui impliquerait alors des moindres coûts pour l’agriculteur.

Mots clés : Biochar, Sols tropicaux, absorption de nutriments par la plante, Zea mays L., expérimentation in situ, Burkina Faso

Présentation

Version intégrale

Page publiée le 22 septembre 2017