Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → Belgique → Contribution de l’imagerie à très haute résolution pour améliorer le suivi écologique des aires protégées. Etude de cas de deux zones cynégétiques au Burkina Faso

Université de Liège (2017)

Contribution de l’imagerie à très haute résolution pour améliorer le suivi écologique des aires protégées. Etude de cas de deux zones cynégétiques au Burkina Faso

Bourdouxhe, Axel

Titre : Contribution de l’imagerie à très haute résolution pour améliorer le suivi écologique des aires protégées. Etude de cas de deux zones cynégétiques au Burkina Faso

Auteur : Bourdouxhe, Axel

Université de soutenance : Université de Liège

Grade : Master en bioingénieur : gestion des forêts et des espaces naturels 2017

Résumé
Afin de diminuer les coûts des suivis écologiques des grandes aires protégées, un dispositif d’acquisition de données d’imagerie aérienne a été mis au point et testé à bord d’un ULM au cours d’un inventaire aérien de la faune de deux zones cynégétiques situées au sud-est du Burkina Faso. L’objectif est donc d’étudier dans quelle mesure l’acquisition de données d’imageries aériennes à très haute résolution peut améliorer le suivi écologique de ces aires protégées. Deux aspects des suivis écologiques ont été considérés : les inventaires de faune et la cartographie de la végétation. Dans un premier temps, les images récoltées ont permis de corriger les biais de comptage des grands troupeaux d’herbivores observés depuis l’avion (comptage visuel). Ensuite, les images ont été utilisées indépendamment pour réaliser un deuxième inventaire de faune sur photos (comptage photo). La comparaison des résultats des deux inventaires a montré qu’il n’y a pas de différence significative entre les deux. Dans un deuxième temps, une carte de végétation a été réalisée sur base d’images satellites Sentinel-2 disponibles gratuitement. Une classification de type Random Forest a été utilisée. Afin de produire un jeu de données d’entrainement et de validation, des inventaires de la végétation au sol ont été réalisés au sein des zones d’études. Ce jeu de données a ensuite été augmenté à l’aide de données de photo-interprétation réalisée sur base d’imagerie de l’outil Arcbru Tile sur Arcmap. Une matrice de confusion a ensuite permis de chiffrer la précision de la classification. Il s’avère qu’une grande confusion existe entre la savane arborée et la savane arbustive ainsi qu’entre la forêt claire et la forêt-galerie. Finalement, des images aériennes verticales à basse altitude et haute résolution ont permis de produire un modèle numérique de hauteur par photogrammétrie. Ce dernier a été comparé à des mesures de hauteurs d’arbres réalisés lors des inventaires de la végétation sur le terrain. Le modèle numérique de hauteur est suffisamment précis pour caractériser la hauteur de végétation (R² = 0,84 et un coefficient de variation de 0.18). Ces résultats promettent donc un bel avenir pour l’utilisation de données d’imageries aériennes dans le suivi écologique des aires protégées. Dans le futur, ce type de données a le potentiel d’être acquis en plus grande quantité et qualité et d’être plus complet, grâce à d’autres types de capteurs.

Présentation

Version intégrale (3,12 Mb)

Page publiée le 21 septembre 2017