Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Maroc → Thèse soutenue → Biodiversité, écologie et qualité des eaux souterraines de deux régions arides du Maroc : le Tafilalet et la région de Marrakech

Université Cadi Ayyad (2007)

Biodiversité, écologie et qualité des eaux souterraines de deux régions arides du Maroc : le Tafilalet et la région de Marrakech

Aït Boughrous Ali

Titre : Biodiversité, écologie et qualité des eaux souterraines de deux régions arides du Maroc : le Tafilalet et la région de Marrakech

Auteur : Aït Boughrous Ali

Etablissement de soutenance : Université Cadi Ayyad

Grade : Doctorat Hydrobiologie Souterraine 2007

Résumé
La biodiversité et la qualité des eaux souterraines ont été étudiées comparativement dans la plaine du Haouz, près de la ville de Marrakech et dans la région d’Errachidia, au sud-est du Maroc. Des analyses physico-chimiques et biologiques ont été réalisées sur l’eau d’une trentaine de stations comprenant des puits, des sources et le sous-écoulement des cours d’eau. À Marrakech, la diversité stygobiologique moyenne est élevée dans l’eau des puits qui sont situés à l’amont hydraulique de la ville, où les teneurs en nitrates et en orthophosphates sont relativement faibles. Les puits situés dans la zone d’épandage des eaux usées de la ville de Marrakech se distinguent au contraire par la rareté ou l’absence totale des espèces stygobies ; il s’agit de puits dont la conductivité de l’eau et les teneurs en nitrates, nitrites et ammonium sont relativement élevées. Dans la région d’Errachidia, l’eau souterraine est généralement et naturellement très minéralisée. Une dizaine d’espèces stygobies ont été récoltées ; certaines proviennent de sources chaudes. Ces espèces sont essentiellement des Crustacés Péracarides et des Mollusques Gastéropodes. Il a été constaté dans les deux régions étudiées, qu’en cas de pollution locale de l’eau des puits ou de la nappe phréatique, la richesse spécifique de la zoocénose des puits diminue et que c’est la faune stygobie qui est la plus sensible à la pollution, qui se réduit en premier et disparaît complètement en cas de contamination importante. Cette relation entre la biodiversité et la qualité de l’eau exprimée en termes physico-chimiques, déjà observée ailleurs dans les eaux de surface se trouve vérifiée aussi dans les eaux souterraines ; elle pourrait donc présenter un caractère général. De point de vue biologique, le peuplement aquatique souterrain des deux régions présente des similitudes qui sont en relation très probablement avec leur histoire géologique comparable ; principalement avec les différents cycles eustatiques transgressions-régressions marines, qui ont été à l’origine de la mise en place de la plupart des ancêtres des espèces actuelles. L’orogenèse atlasique a séparé par la suite les deux régions, ce qui a entraîné une évolution différente des peuplements ancestraux au Nord et au Sud de l’Atlas, et des phénomènes de spéciation par vicariance.

Présentation (ABHATOO)

Version intégrale (4,62 Mb)

Page publiée le 2 février 2018