Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → Burkina Faso → Contribution à l’étude des huiles végétales de coton et de Jatropha curcas comme biocarburant dans les moteurs diesels à injection directe

Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement / Université de Ouagadougou (2011)

Contribution à l’étude des huiles végétales de coton et de Jatropha curcas comme biocarburant dans les moteurs diesels à injection directe

Sidibe Sayon

Titre : Contribution à l’étude des huiles végétales de coton et de Jatropha curcas comme biocarburant dans les moteurs diesels à injection directe

Auteur : Sidibe Sayon

Université de soutenance : Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement / Université de Ouagadougou

Grade : Doctorat : Sciences et Technologies de l’Eau, l’Energie et l’Environnement 2011

Résumé
Ces dernières années, de nombreuses équipes de recherche ont travaillé sur l’utilisation des huiles végétales comme carburant dans les moteurs diesels. Ces travaux se sont intéressés principalement à la réduction de la viscosité des huiles végétales pour qu’elle soit proche de celle du diesel (préchauffage et mélange huile/gazole) en espérant que les huiles aient ainsi une combustion similaire à ce dernier. Les publications qui résultent de ces travaux de recherche se contredisent souvent notamment en ce qui concerne leurs conclusions et sur les solutions à apporter pour palier aux problèmes d’utilisation des huiles végétales. Nous avons identifié les solutions les plus pertinentes de la bibliographie et étudié leurs performances grâce à des essais sur un moteur diesel à injection directe. Puis, dans le but de comprendre et d’optimiser leur combustion, nous avons comparé les différentes phases de la combustion du gazole et de nos huiles végétales carburant sur un second moteur diesel à injection directe instrumenté. Cette thèse à ainsi mis en évidence que l’hypothèse selon laquelle, la viscosité est la première cause de dégradation de la combustion et par conséquence de la formation de dépôts dans la chambre de combustion, apparait insuffisante pour être déterminante. Il s’est dégagé aussi que l’utilisation d’un système d’EGR pour la carburation des huiles végétales pures n’était pas intéressante. En outre, l’étude de la combustion des huiles végétales préchauffées et non préchauffées a permis de mettre en évidence que les délais d’inflammation sont plus courts pour les huiles végétales que pour le gazole. Le préchauffage, donc une viscosité réduite et une meilleure atomisation des gouttelettes du jet, ne semble réduire les délais que dans les faibles charges des moteurs. Il est apparu également que la part de la combustion diffusante est plus importante avec les huiles végétales qu’avec le gazole, La bicarburation avec passage gazole-huile végétale à partir d’une charge suffisante semble être la meilleure solution d’utilisation des huiles végétales dans les moteurs diesels à injection directe fonctionnant à un régime fixe

Mots clés : Huile de coton, Huile végétale, Jatropha curcas, Biocarburant, Moteur diésel

Présentation (Agritrop)

Page publiée le 17 novembre 2017