Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Doctorat → France → 2016 → Valorisation de la qualité territoriale des produits agro-alimentaires : vers quel modèle d’entrepreneuriat collectif pour les pays du Sud ? Une modélisation abductive fondée sur la théorie enracinée

Montpellier SupAgro (2016)

Valorisation de la qualité territoriale des produits agro-alimentaires : vers quel modèle d’entrepreneuriat collectif pour les pays du Sud ? Une modélisation abductive fondée sur la théorie enracinée

Aït Mouloud M.

Titre : Valorisation de la qualité territoriale des produits agro-alimentaires : vers quel modèle d’entrepreneuriat collectif pour les pays du Sud ? Une modélisation abductive fondée sur la théorie enracinée

Auteur : Aït Mouloud M.

Etablissement de soutenance : Montpellier SupAgro,

Diplôme : Doctorat en Sciences de Gestion 2016

Résumé
La valorisation de la qualité territoriale des produits agro-alimentaires par des signes officiels de qualité représente un enjeu majeur de développement des filières agricoles et alimentaires en Europe et dans les pays du Sud. La demande de certification est généralement initiée par les producteurs dans un objectif soit offensif de valorisation sur le marché ou défensif pour se prémunir des contrefaçons. La réglementation européenne exige que toute démarche de demande de certification se fasse par un collectif organisé en coopérative ou en groupement de producteurs. Cette exigence se traduit sur le terrain par un processus entrepreneurial de création d’une organisation collective de coordination et de promotion des produits ainsi certifiés. Sur la base de la littérature sur d’une part l’entrepreneuriat collectif et d’autre part les stratégies collectives, nous proposons dans cette thèse une relecture des processus collectifs de valorisation des produits de qualité territoriale pour aboutir à un modèle intermédiaire entre entrepreneuriat collectif et initiative privée plus facile à mettre en oeuvre dans les pays du Sud. Les résultats de l’analyse des processus en cours pour la valorisation de l’huile d’olive de la région de Bouira en Algérie montrent que l’entrepreneuriat collectif sous forme de coopérative qui porte le projet d’Indication Géographique se heurte à des problèmes de motivation des producteurs et peine à construire un projet collectif partagé par tous. En revanche le projet de valorisation des produits de terroir porté par une entreprise familiale à travers une marque commerciale de terroir réussit à construire un réseau de producteurs locaux participant ainsi à la construction et à la promotion de la qualité liée au territoire de Bouira. Cette recherche offre l’occasion de contribuer au débat sur la transférabilité du système européen de certification de la qualité des produits et du rôle de l’environnement dans le succès ou l’échec du processus entrepreneurial. Nous montrons dans cette recherche que la différenciation par l’origine ne dépend pas d’un modèle « type » que l’on peut reproduire ou imité. La démarche « top-down » institutionnelle dans la mise en oeuvre d’un projet d’IG est vouée à l’échec, ce qui rend l’action d’entrepreneuriat collectif via des coopératives incertaines. La dynamique entrepreneuriale d’une entreprise familiale peut apparaitre plus efficace dans la construction d’un réseau de producteurs locaux entrainant ainsi une démarche d’un nouveau type d’entrepreneuriat collectif. Enfin, un modèle hybride (public/privé) paraît mieux adapté aux contextes des pays du Sud.

Mots-clés : PRODUIT DU TERROIR ; HUILE D’OLIVE ; LABEL DE QUALITE ; VALORISATION ; ASSURANCE QUALITE ; INDICATION GEOGRAPHIQUE PROTEGEE ; ENTREPREUNARIAT ; ACTION COLLECTIVE ; COOPERATIVE DE PRODUCTEURS ; MARQUE COMMERCIALE ; DIFFERENCIATION DES PRODUITS ; DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ; KABYLIE ; ALGERIE

Présentation

Page publiée le 14 novembre 2017