Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2015 → Etude de la résistance à la fusariose de l’épi chez le blé dur et cartographie de QTL

AgroParisTech (2015)

Etude de la résistance à la fusariose de l’épi chez le blé dur et cartographie de QTL

Heulin Alexandra

Titre : Etude de la résistance à la fusariose de l’épi chez le blé dur et cartographie de QTL

Auteur : Heulin Alexandra

Etablissement de soutenance : AgroParisTech

Grade : Ingénieur AgroParisTech, PISTv (Produire et Innover dans les Systèmes Techniques végétaux), 2015

Résumé
La fusariose de l’épi est une maladie principalement causée par Fusarium graminearum qui peut provoquer d’importants dégâts sur le blé dur (Titicum durum). Elle peut fortement diminuer les rendements et la qualité du grain notamment via la contamination par des mycotoxines dangereuses pour l’homme et les animaux. L’amélioration des variétés élites commerciales grâce à l’introduction de gènes de résistance semble être la meilleure solution pour lutter contre la maladie. Des sources de résistances ont été découvertes dans des cultivars exotiques et variétés ancestrales du blé, cependant la résistance à la fusariose est un caractère quantitatif complexe influencé par l’environnement. Syngenta a concentré ses recherches sur une population issue d’un croisement entre CAV25 une accession de T. carthlicum, identifié comme résistante, et la variété élite de blé dur Relief. Ce stage de fin d’études a permis de réaliser le phénotypage de la génération F6 de la population ainsi que la cartographie des QTL de résistance à la maladie. Nous avons détecté dix QTL de résistance, cinq proviennent de CA25 et cinq autres proviennent de Relief. Les QTL détectés sur les chromosomes 4B, 3B, 1B et 5B coïncident avec des QTL déjà identifiés dans la littérature. Les QTL détectés sur les chromosomes 2A, 5A, 6A et 7B présentent également des résultats intéressants et sont potentiellement des nouveaux QTL de résistance à la fusariose. Les résultats de cette étude permettent à l’entreprise d’être confiant pour la suite des investigations. Elle a permis d’identifier les limites de l’expérimentation afin d’améliorer le dispositif pour la prochaine saison. Ces QTL de résistance à la fusariose de l’épi pourront un jour être utilisés par l’entreprise dans le cadre de l’amélioration des variétés élites de blé dur grâce à la Sélection Assistée par Marqueurs (SAM).

Mots Clés : Blé dur — Maladies ; Cultures

Présentation (AgroParisTech)

Page publiée le 30 novembre 2017