Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2012 → Financement agricole et droits de propriété. Etude de cas : la Caisse Régionale de Mutualité agricole de la wilaya de Bejaia (Algérie).

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2012

Financement agricole et droits de propriété. Etude de cas : la Caisse Régionale de Mutualité agricole de la wilaya de Bejaia (Algérie).

Guerboub D.

Titre : Financement agricole et droits de propriété. Etude de cas : la Caisse Régionale de Mutualité agricole de la wilaya de Bejaia (Algérie).

Auteur : Guerboub D.

Etablissement de soutenance : Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM)

Grade : Master 2 Recherche. Territorialités et Développements. 2012

Résumé
Ces dernières années, l’agriculture est devenue un levier incontournable de développement et sa mise en valeur, reposant sur le foncier, ne peut se faire que par la mise en place des investissements nécessaires. C’est pourquoi le financement de l’agriculture en général et du foncier en particulier, s’avère indispensable. L’objet de cette étude est de mettre en lumière le rapport existant entre les droits de propriété et l’accès au financement agricole. Pour cela, après avoir revu les différentes approches théoriques portant sur les concepts clés, nous avons mené une investigation empirique à l’aide d’un questionnaire et d’entretiens réalisés auprès des différents organismes concernés comme la Caisse Régionale de Mutualité Agricole de la wilaya de Bejaia. Les résultats obtenus montrent que le titre de propriété agricole est indispensable mais non suffisant pour l’accès au financement et que cette situation est source de différenciation socioéconomique entre les agriculteurs. La garantie affichée par l’Etat n’est qu’une fiction juridique, celui-ci effaçant, en dernier recours, les dettes contractées par les agriculteurs. Pour les exploitants défavorisés, il ne reste plus que le recours au financement informel. Pour garantir leur prêt, ces agriculteurs peuvent par exemple partager la production afin de ne pas perdre leur droit sur la terre qui est pour eux, sacrée.

Mots-clés : FINANCEMENT ; CREDIT AGRICOLE ; PROPRIETE ; BANQUE AGRICOLE ; SECTEUR INFORMEL ; DROIT AGRICOLE ET RURAL ; DROIT FONCIER ; ALGERIE ; BEJAIA

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 3 décembre 2017