Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2011 → Forme spatiale, réforme agraire et action collective : étude des aménagements circulaires radiants dans la province de Meknès

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2011

Forme spatiale, réforme agraire et action collective : étude des aménagements circulaires radiants dans la province de Meknès

Rouvière L.

Titre : Forme spatiale, réforme agraire et action collective : étude des aménagements circulaires radiants dans la province de Meknès

Auteur : Rouvière L.

Etablissement de soutenance : Cohabilitation Université Montpellier III, Montpellier SupAgro, CIHEAM-IAMM.

Grade : Master 2 Recherche. Innovation et Développement des Territoires Ruraux [IDTR]. 2011

Résumé
Cette étude traite des coopératives agricoles de réforme agraire dans la province de Meknès (Maroc), aménagées de façon radioconcentrique. Ce découpage répond à des objectifs rationnels d’ordre technique mais revêt aussi une dimension d’ordre symbolique. Nous développons ici l’hypothèse d’un système technocratique inspiré du socialisme agraire tiers-mondiste. A travers ce modèle, l’Etat cherche à mettre en œuvre les conditions de création de l’action collective avec la mise en place de coopératives inspirées à la fois par le collectivisme traditionnel de la société rurale marocaine et par un idéal collectiviste importé et influencé par le socialisme tiers-mondiste de l’indépendance. Ce système émerge dans le contexte particulier de la construction d’un Etat indépendant après la colonisation et d’un jeu politique tripartite pour l’assise du pouvoir royal. Nous analysons ici une forme étatique d’organisation de l’action collective au niveau spatial et social. Face au constat actuel d’un délitement de la gestion coopérative au profit de comportements individuels, nous avons pu dégager, à travers l’histoire du système, trois phases de fonctionnement de la coopérative : l’âge d’or de la coopération, la phase de transition et la gestion individuelle actuelle. Cette étude interroge une fois de plus les limites de l’organisation de l’action collective par la puissance publique sous forme de modèle standard, dans le cadre original d’un aménagement spatial singulier. Cette organisation ne peut fonctionner en l’absence d’une initiative locale. Ce travail met en avant le décalage entre le projet politique, le cadre formel et la réalité dans un projet de développement rural.

Mots-clés : ACTION COLLECTIVE ; PAYSAGE AGRICOLE ; REFORME AGRAIRE ; COOPERATIVE AGRICOLE ; AGRICULTURE COLLECTIVE ; AMENAGEMENT DU PAYSAGE ; INTERVENTION DE L’ETAT ; STRUCTURE SOCIALE ; MAROC ; MEKNES

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 1er décembre 2017