Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2011 → Analyse de la filière pois sucre sur un segment au Burkina Faso : proposition de stratégies d’appui en vue d’une meilleure valorisation

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2011

Analyse de la filière pois sucre sur un segment au Burkina Faso : proposition de stratégies d’appui en vue d’une meilleure valorisation

Diop E

Titre : Analyse de la filière pois sucre sur un segment au Burkina Faso : proposition de stratégies d’appui en vue d’une meilleure valorisation.

Auteur : Diop E

Etablissement de soutenance : Cohabilitation Université Montpellier I, CIHEAM-IAMM. 

Grade : Master 2. Ingénierie des Projets et des Politiques Publiques 2011

Résumé
Cette étude commanditée par une société privée s’inscrit dans le cadre de l’appui au développement des filières non prioritaires ou secondaires. La filière souchet ou pois sucré presque exclusivement féminine est relativement jeune au Burkina Faso. Elle est complexe et peu connue. Par une démarche d’analyse filière, l’étude a permis d’avoir une certaine compréhension du fonctionnement des maillons essentiels de la filière souchet. De même, une connaissance des enjeux économiques autour desquels les acteurs se mobilisent et tentent de développer des stratégies permettant de mieux se positionner sur la filière, devrait sans doute conduire à une meilleure compréhension de la filière. A travers elle, les productrices développent une stratégie de sécurisation alimentaire sous forme d’épargne en nature. La répartition de la valeur ajoutée créée par la filière est disproportionnée et les productrices en sont les plus défavorisées. Les transformatrices bien qu’artisanales en tirent le plus grand profit parmi les segments étudiés. Par ailleurs, la possible intégration de la transformation industrielle au sein de cette filière pourrait probablement constituer une voie d’amélioration de cette filière mais pas sans désavantage surtout à l’égard des productrices et des transformatrices. Une nécessaire intervention des autorités étatiques ou des organismes d’aide au développement pour accompagner ce processus pourrait ainsi permettre aux différents acteurs de mieux s’adapter face à cette nouvelle donne.

Mots-clés : CYPERUS ESCULENTUS ; FILIERE ; SYSTEME DE CULTURE ; TRAITEMENT ; COMMERCIALISATION ; RENTABILITE ; FEMME ; BURKINA FASO

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 5 décembre 2017