Informations et ressources scientifiques
sur le développement des zones arides et semi-arides

Accueil du site → Master → France → 2010 → Evaluation économique du deuxième projet d’emploi rural en Algérie : PER II zone "Medea".

Institut Agronomique Méditerranéen de Montpellier - (IAMM-CIHEAM) 2010

Evaluation économique du deuxième projet d’emploi rural en Algérie : PER II zone "Medea".

Adouani A.

Titre : Evaluation économique du deuxième projet d’emploi rural en Algérie : PER II zone "Medea".

Auteur : Adouani A.

Etablissement de soutenance : Cohabilitation Université Montpellier I, CIHEAM-IAMM. 

Grade : Master 2. Ingénierie des Projets et des Politiques Publiques 2010

Résumé
Ce travail a pour objet l’évaluation du projet de création d’emploi rural dans les zones montagneuses pauvres du nord-ouest et nord-centre de l’Algérie. Les composantes du projet sont les suivantes : mesures de lutte contre l’érosion, développement agricole, mobilisation des ressources en eau, appui à la cellule de gestion du projet et développement institutionnel pour le Ministère de l’agriculture et du développement rural. La mise en œuvre du projet, qui vise essentiellement la création d’emplois directs pour résoudre le problème du chômage rural à court terme et la création d’activités génératrices de revenus à moyen et long termes, permet d’introduire l’approche participative. Le projet cherche aussi à intégrer les femmes rurales dans le monde du travail à travers l’accès direct à une activité. L’évaluation économique du projet montre clairement que l’objectif à court terme du PER II en création d’emplois dans la zone de Médéa a été pratiquement atteint (le taux de chômage est passé de 33 à 11 %). Celui à moyen terme, en création d’actifs agricoles et promotion d’activités génératrices de revenus a également été atteint. Le projet a contribué à désenclaver les zones par l’ouverture et l’aménagement de pistes et à améliorer les conditions de vie par l’aménagement de points d’eau et la mobilisation des ressources. D’après l’analyse des différentes composantes du projet, nous avons constaté que les postes de travail créés sont agricoles et non ruraux. Le projet a permis au personnel forestier d’apprendre à tenir compte de l’avis de la population. Leur rôle a évolué vers celui d’agents de développement. Les institutions forestières ont appris à sous-traiter des travaux et études au secteur privé et à faire jouer la concurrence, ce qui a permis d’abaisser les coûts unitaires des réalisations de terrain.

Mots-clés : EVALUATION DE PROJET ; EMPLOI RURAL ; GESTION PARTICIPATIVE ; TRAVAIL AGRICOLE ; INDICATEUR ; POLITIQUE AGRICOLE ; DEVELOPPEMENT RURAL ; ALGERIE ; MEDEA

Présentation (CIHEAM-IAMM)

Page publiée le 15 décembre 2017